Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Lacrimations et images miraculeuses
n°373

Kazan (Russie)

8 juillet 1579

Symbole national russe, Notre Dame de Kazan multiplie les miracles

Le 8 juillet 1579, une fillette de neuf ans, vivant à Kazan (Russie), fait la découverte d’une icône mariale au milieu des ruines d’un édifice ravagé par un incendie. C’est un événement miraculeux d’une grande importance pour les croyants de Russie, car le lieu où a été trouvée l’icône n’est autre que l’église Notre-Dame de l’Assomption, construite par Ivan IV le Terrible après sa victoire miraculeuse en 1552 contre les Tatars, que le chef de la Russie attribuait, comme beaucoup d’autres, à l’intercession de Notre Dame de Kazan. Cette icône devient le symbole de la nation russe. Les miracles de la Vierge se multiplient à tous les niveaux.

Détail d'une icône de Kazan. / © Shutterstock, Kosmogenez.
Détail d'une icône de Kazan. / © Shutterstock, Kosmogenez.

Les raisons d'y croire :

  • C’est la Vierge qui est apparue pour indiquer à la fillette où chercher. L’icône est découverte à l’endroit exact prophétisé par l’apparition. Il n’existait aucune probabilité que l’enfant puisse retrouver l’image par ses facultés personnelles, dans un contexte épouvantable (la ville est en flammes) et sous une grande épaisseur de cendres et de débris. C’est pourquoi les responsables qui écoutèrent son récit se moquèrent d’elle et lui interdirent d’abord de chercher quoi que ce soit.
  • La Vierge doit s’y prendre à trois fois pour que les hommes admettent le témoignage de sa petite envoyée. C’est loin d’être un cas unique dans l’histoire des apparitions chrétiennes ; il suffit d’évoquer les visions de l’ange à l’évêque Aubert, au début du VIIIe siècle, celles de saint Juan Diego au Mexique en 1531, etc.
  • L’endroit précis où l’icône est découverte n’est pas anodin : c’est là où le tsar Ivan IV le Terrible avait fait construire l’église Notre-Dame de l’Assomption une vingtaine d’années auparavant.
  • Quelques jours après sa découverte, l’icône est amenée en procession dans la cathédrale de l’Annonciation de Kazan. Sur le chemin, emprunté par des centaines de personnes, deux hommes aveugles, Nicétas et Joseph, retrouvent la vue. Constatée par des dizaines de témoins dignes de foi, cette guérison figure parmi les mieux attestées de l’histoire de Kazan.
  • Outre les guérisons, les fruits spirituels sont nombreux. Le monastère féminin de Kazan, bâti à partir de 1579 par Ivan IV, accueille bientôt deux nouvelles religieuses : Matrona, la fillette qui a découvert l’icône, et sa mère.
  • Partout invoqué dans les périodes critiques de l’histoire russe, il est impossible de croire une seconde qu’une telle renommée et qu’une telle confiance de la part du peuple russe puissent avoir pour seule origine une légende pieuse. Le culte rendu à Notre Dame de Kazan n’est en rien l’expression d’une dévotion mariale exagérée ou déviante.
  • Les témoignages sur les miracles de Notre Dame de Kazan parvenus jusqu’à nous constituent une source d’information de premier plan, où la minutie et la précision dominent. En effet, ces récits ont été rassemblés très rapidement par saint Hermogène, patriarche de Kazan et futur patriarche de Moscou, sous le titre Compte rendu et miracles de la très pure Theotokos, de sa vénérable et glorieusement manifestée Icône à Kazan (réédité avec le titre suivant : Rapport sur l’icône miraculeuse de Kazan de la très sainte Theotokos, Moscou, 1912).
  • Saint Ermagen de Kazan († 1612), patriarche de Moscou, a la vision (dûment attestée) d’un des plus grands saints russes, saint Serge, qui lui confie le fait suivant : l’icône de Kazan deviendra le symbole de la nation russe. C’est bien ce qui est advenu.
  • Notre Dame de Kazan est directement associée à au moins trois victoires militaires russes majeures : en 1612, fin du siège de Moscou ; en 1709, victoire du tsar Pierre le Grand contre le roi Charles XII de Suède à la bataille de Poltava ; le 12 octobre 1812, jour de fête de l’icône, l’armée de Napoléon Ier subit un grave revers...
  • Comme c’est le cas pour tous les miracles authentiques, les prodiges liés à l’icône de Kazan détiennent donc une véritable « coloration » évangélique : fruits spirituels et sociaux d’ampleur (vocations, conversions, guérisons, etc.), salut (militaire) des populations, fin d’épidémies, construction de monastères, etc.

Synthèse :

L’icône originale de Notre-Dame de Kazan remonterait aux débuts du christianisme. Elle aurait été peinte très tôt (par l’évangéliste saint Luc, selon certains). Elle est vraisemblablement inspirée par une représentation voisine, conservée dans l’église des Blachernes de Constantinople, et, comme elle, appartient à la catégorie des icônes « Hodégétria » (« qui montre la voie ») : Marie porte l’Enfant Jésus, qui se tient debout, regardant le spectateur de l’image et bénissant le monde.

L’icône fut amenée de Constantinople à Kazan au début du XIIIe siècle. Mais elle disparaît dès 1209, pendant l’invasion des Tartares, sous le commandement de Gengis Khan, avant de réapparaître plus tard, pour la grande joie des fidèles de la région.

Au XVIe siècle, la région est touchée par l’invasion des Tatars musulmans. La nuit du 1er octobre 1552, en la fête de la Protection de la Très Sainte Mère de Dieu, le tsar Ivan IV (dit le Terrible) lance un assaut victorieux contre eux. C’est l’amorce du destin national de Notre Dame de Kazan, désormais considérée comme le symbole de l’unité et de l’existence même de la Russie. Le tsar fait ériger l’église Notre-Dame de l’Assomption pour honorer Marie, de qui est venu le salut pour Kazan, et pour conserver l’image miraculeuse de Notre-Dame de Kazan.

Le 28 juin 1579, un terrible incendie éclate autour de l’église Saint-Nicolas de Tula, à Kazan. Le feu détruit une partie des habitations et s’attaque aux autres édifices chrétiens de la ville, dont le kremlin de Kazan, retrouvé en cendres. Dispersés aux alentours, les Tatars supposent que Dieu est en colère contre les chrétiens. « La foi du Christ, écrit alors un chroniqueur, est devenue une fable et un outrage. »

La nuit suivante, Matrona Onoutchina, âgée de neuf ans, voit la Vierge en songe. La vision lui demande d’avertir le clergé pour qu’il décide de creuser le sol à un endroit précis de la ville, à l’emplacement exact de l’église Notre-Dame de l’Assomption, afin de retrouver l’icône sainte. Par deux fois, Matrona se heurte à un refus catégorique des autorités, qui refusent de croire à son récit. Lorsqu’elle revient devant elles pour la troisième fois, à la suite d’une troisième apparition, elle est loin de se douter que, cette fois, les événements allaient prendre un tour bien différent.

Cette fois, prêtres et habitants accompagnent la fillette et sa mère à l’endroit indiqué par l’apparition. Le lieu, ruiné par l’incendie, est submergé par les cendres et les débris. C’est l’emplacement de l’église Notre-Dame de l’Assomption. Au bout de quelques instants, l’icône miraculeuse est extraite, intacte, de ce linceul de cendres et de feu. Dès lors, la Vierge de Kazan devient l’axe spirituel autour duquel se rassemblent les Russes. La Mère de Dieu, priée à travers ce vocable, unifie et sauve les habitants.

En 1612, par exemple, Moscou est assiégée par les armées polonaises. On porte en procession une copie de l’icône de Kazan tout au long des remparts. Malgré la faiblesse de ses moyens, les soldats russes libèrent la ville de l’encerclement.

De nombreuses copies ont été réalisées au fil des années. L’une d’elles a séjourné longtemps à Petrograd (Saint-Pétersbourg). Elle a été vendue puis exposée à la basilique Notre-Dame de Fatima avant d’être offerte au pape Jean-Paul II en 1993. Celui-ci l’a restituée au peuple russe en 2004, le jour de l’Assomption dans le calendrier julien.

La copie de Notre-Dame de Kazan, vénérée à Moscou pendant quatre siècles, a disparu en 1904. La police a retrouvé l’or et les pierres précieuses dont elle était sertie, mais pas l’icône elle-même. Cette disparition a été interprétée comme un signe de malheur, et l’imminence d’un événement grave.

Patrick Sblachiero


Au-delà des raisons d'y croire :

Parmi les saints vénérés en Russie,Notre Dame de Kazan est honorée d’une manière toute spéciale : protectrice du pays, deux grandes cathédrales lui sont dédiées, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et elle est fêtée chaque année à deux reprises (du 8 au 21 juillet, puis du 22 octobre au 4 novembre).

Au-delà de la puissance extraordinaire des actions de Notre Dame de Kazan depuis le XVIe siècle, sa présence ininterrompue auprès des habitants de Kazan dans les circonstances les plus difficiles témoigne de la vérité du miracle de Notre Dame de Kazan.


Aller plus loin :

R.A. Varghese, God-Sent. A History of the Accredited Apparitions of Mary, New York, Crossroad, 2000.


En savoir plus :

  • Jean Ladame, Notre-Dame de toute l’Europe, Résiac, 1984.
  • Maria Donadeo, Icônes mariales russes, Médiaspaul, 1990.
  • Rouet de Journel, « Marie et l’iconographie russe », dans Maria. Études sur la Sainte Vierge, sous la direction d’Hubert du Maunoir, t. 2, Marie dans la liturgie, Paris, Beauchesne, 1997.
  • L’article de l’encyclopédie mariale de l’Association Marie de Nazareth : « Notre Dame de Kazan ».
Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses , Lacrymations et images miraculeuses
Les larmes de Marie coulent à Syracuse
Les mystiques , Lacrymations et images miraculeuses , Stigmates
Teresa Musco, le salut par la Croix
Les mystiques , Lacrymations et images miraculeuses , Stigmates
Teresa Musco, la salvezza attraverso la Croce
Les mystiques , Lacrymations et images miraculeuses , Stigmates
Teresa Musco, la salvación por la Cruz
Les mystiques , Lacrymations et images miraculeuses , Stigmates
Teresa Musco: Salvation through the Cross
Les apparitions et interventions mariales
Catherine Labouré et la médaille miraculeuse
Les apparitions et interventions mariales
Caterina Labouré e la Medaglia Miracolosa
Les apparitions et interventions mariales
The Rue du Bac apparitions of the Virgin Mary to St. Catherine Labouré
Les apparitions et interventions mariales
Las apariciones de la Virgen María a Catalina Labouré en la capilla del 140 rue du Bac
Guérisons miraculeuses , Lacrymations et images miraculeuses
Les exsudations d’huiles de Myrna et de l’icône de Soufanieh
Marie , Lacrymations et images miraculeuses
Notre-Dame pleure dans les mains de l’évêque
Lacrymations et images miraculeuses
L’icône de Seidnaya exhale un merveilleux parfum
Lacrymations et images miraculeuses
Notre-Dame du Perpétuel Secours
Les apparitions et interventions mariales , Lacrymations et images miraculeuses
Symbole national russe, Notre Dame de Kazan multiplie les miracles