Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Histoires providentielles
n°253

Mantoue (Italie)

19 février 1468

Une musique céleste réconforte Elisabetta Picenardi sur son lit de mort

Bartolomea Picenardi grandit à Mantoue, où son père a rejoint la cour des Gonzague, souverains de la ville. En 1448, elle choisit de rejoindre les Mantellate, tertiaires féminines des Servites de Marie. Pendant vingt années, celle qui est devenue en religion sœur Elisabetta se consacre entièrement à la prière, à la pénitence et au service des pauvres. Elle fait montre d’une dévotion particulière pour la Passion du Christ et aux douleurs de Marie au pied de la Croix, pensée qui nourrit ses méditations et une prière quasi perpétuelle. Le 19 février 1468, à quarante ans à peine, sœur Elisabetta agonise dans d’atroces douleurs, entourée de sa sœur et de ses compagnes du tiers ordre, priant à son chevet. Alors que la scène devient insupportable, la chambre résonne d’une musique ineffable, hors de ce monde, divine. Puis une lumière radieuse inattendue illumine ce triste jour de février. Avec un sourire extasié, Elisabetta rend l’âme.

Dans l'église Saint Barnabé de Mantoue / © Sailko, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons
Dans l'église Saint Barnabé de Mantoue / © Sailko, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

Les raisons d'y croire :

  • Bartolomea peut prétendre aux plus beaux mariages, et même être établie princièrement. Pourtant, quand elle atteint l’âge des noces, elle fait vœu de virginité par dévotion envers Notre Dame et refuse de prendre époux, bien que cette décision contrarie son père.
  • Sœur Elisabetta s’impose pénitences, veilles et jeûnes constants. À ces privations, elle ajoute le port d’un cilice ainsi que celui d’une chaîne aux maillons de fer qui lui causent un inconfort perpétuel. Ce n’est pas par masochisme mais par amour qu’elle choisit ce mode de vie étonnant : il s’agit de s’associer aux souffrances de Jésus crucifié, l’Époux qu’elle a voulu, et d’expier pour les pécheurs.
  • Elisabetta bénéficie d’un lien privilégié avec Notre Dame. Preuve en est que les Mantouans – ceux qui ont besoin d’obtenir une grâce – prennent l’habitude de passer par son intermédiaire et s’en félicitent, car elle est le plus souvent exaucée. Sœur Elisabetta devient ainsi l’ambassadrice de Mantoue auprès de la Sainte Vierge.
  • Le 19 février 1468, une musique « céleste » qui n’a pas d’explication résonne dans la chambre de la mourante. Les témoins sont nombreux : des prêtres, les autres Mantellate qui partageaient la vie de prière et de charité d’Elisabetta, et sa sœur, Orsina Gorni. Ils remarquent que les souffrances physiques d’Elisabetta continuent, mais qu’une paix et une joie étonnantes se répandent sur son visage en entendant ce concert miraculeux.
  • Ils affirment aussi que, peu avant son trépas, alors que le jour était gris et la cellule obscure, une lumière d’une beauté hors de ce monde a illuminé la pièce et qu’ils ont eu le sentiment qu’elle accompagnait l’entrée du Christ et de la Sainte Vierge auprès de l’agonisante, qui rendit l’âme presque aussitôt.
  • Dès son vivant, la rumeur publique lui attribue plusieurs miracles. Tout en vantant sa sainteté, ses premiers biographes se montrent d’une grande prudence à ce sujet : cela donne d’autant plus de poids à ceux dont ils affirment aussi la véracité.
  • En particulier, Elisabetta est connue pour son don de clairvoyance, qui lui permet à plusieurs reprises d’annoncer des événements à venir. Elle prophétise par exemple la date de sa propre mort au jour près, un an avant que cela se produise.
  • À sa mort, Elisabetta a déjà la réputation d’une sainte et l’on ne tarde pas à se presser sur sa tombe, lui attribuant de nombreux miracles, recueillis dans un compendium. Le plus célèbre, et le plus remarquable, est, un an environ après son décès, le retour inespéré à la vie d’une fillette qui, tombée dans le lac de Mantoue, n’en fut retirée qu’une demi-heure après, et dont la mère avait invoqué l’intercession d’Elisabetta.

Synthèse :

Née probablement en 1428 à Crémone dans une famille de l’aristocratie locale, Bartolomea Picenardi grandit à Mantoue, où son père a rejoint la cour des Gonzague, souverains de la ville. Elle reçoit, comme sa sœur Orsina, une solide éducation religieuse dispensée par leur mère, Paola Nuvoloni. Mais, à la mort prématurée de celle-ci, les fillettes sont élevées par leur père, surtout préoccupé de leur donner une bonne formation intellectuelle, leur enseignant le latin, et mondaine, en vue du riche et noble mariage qu’il veut pour elles.

Si Orsina, la cadette, accepte de se marier, Bartolomea refuse, assurant qu’elle a voué sa virginité à Dieu par désir d’imiter Notre Dame. Bartolomea se rend chaque jour à l’église San Barnaba de Mantoue, desservie par les Servites de Marie, pour y prier longuement, se confesser, assister à la messe et communier. Attirée par la spiritualité de la congrégation, elle demande, en 1448, à en rejoindre le tiers ordre, c’est-à-dire, tout en restant vivre chez elle, à s’associer aux diverses pratiques de piété et renoncer aux plaisirs du monde. Sans être religieuse, une Mantellata – comme on appelle les femmes du tiers ordre, en raison du grand manteau qui les revêt et signale leur état consacré – s’astreint à suivre les offices, prières et œuvres de charité, puisqu’elle n’est pas cloîtrée. Des jeunes filles, soulevées d’enthousiasme par son exemple, décident de la suivre et de partager son existence.

Hormis pour s’occuper des pauvres, qu’elle sert avec dévouement, Elisabetta ne quitte pas la maison de son père. Après la mort de celui-ci, en 1465, elle rejoint celle de son beau-frère, Bartolomeo Gorni, mari de sa sœur Orsina. Dans les deux demeures, elle occupe une chambre qu’elle a transformée en cellule, se privant de tout confort. On attribue à Elisabetta des pouvoirs d’intercession puissants auprès de Notre Dame, ainsi qu’un don de prophétie. Preuve de l’estime que lui porte son confesseur, celui-ci, le père Barnabé – alors que la communion fréquente est alors presque inexistante et que les tertiaires sont autorisées à communier seulement aux cinq fêtes principales de l’année liturgique –  l’autorise à communier tous les jours, après sa confession quotidienne.

La jeune femme s’impose, par amour du Christ et de Notre Dame des douleurs, des pénitences, privations, veilles, jeûnes constants qui l’ont épuisée. Elle a choisi de s’immoler ainsi pour s’associer aux souffrances de Jésus crucifié, l’Époux qu’elle a voulu.

Nul dans son entourage n’est donc étonné d’une fin prématurée, le 19 février 1468, que, d’ailleurs, Elisabetta a prophétisée au jour près voici plus d’un an. Son don de clairvoyance lui a-t-il aussi révélé qu’elle souffrirait cruellement avant de rendre l’âme ? Sa sœur, Orsina, qui l’héberge, ses compagnes du tiers ordre des Servites de Marie, qui prient à son chevet, se désolent de la voir en proie à de telles douleurs, mais Elisabetta répond que l’on est vendredi, et qu’elle est heureuse de ce qu’elle endure, puisque cela lui permet de s’associer aux douleurs de la crucifixion. Et elle s’y associe, car chacun peut voir son pauvre corps se tordre dans les affres de l’agonie. Elle déclare aussi que la plus grande action de grâce qu’elle puisse rendre à Dieu et à Notre Dame est de lui avoir permis de garder intact le trésor de sa virginité.

Une musique céleste, entendue de tous ceux qui l’entourent, emplit soudain la chambre où elle agonise. Les personnes au chevet d’Elisabetta penseront que les chœurs angéliques sont venus accueillir l’âme de la mourante.

Les miracles se multiplient sur sa tombe, à San Barnaba, de sorte qu’elle devient, du fait de la dévotion populaire, « la sainte de Mantoue ». Le pape Pie VII régularisera la situation en l’élevant au rang de bienheureuse en 1804. San Barnaba ayant été démoli, la bienheureuse Elisabetta Picenardi repose désormais dans l’église du village d’où sa famille était originaire, Torre Picenardi.

Spécialiste de l’histoire de l’Église, postulateur d’une cause de béatification, journaliste pour de nombreux médias catholiques, Anne Bernet est l’auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages pour la plupart consacrés à la sainteté.


Aller plus loin :

Frère Isodoro Bianchi, Compendio della vita e miracoli della beata Elisabetta Picenardi, Crémone, 1805 (en italien).


En savoir plus :

Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Les saints , Histoires providentielles
L’intuition surhumaine de saint Pacôme le Grand
Les saints , Histoires providentielles
L'intuizione sovrumana di San Pacomio il Grande
Les saints , Histoires providentielles
The superhuman intuition of Saint Pachomius the Great
Les saints , Histoires providentielles
La intuición sobrehumana de San Pacomio el Grande
Les saints , Histoires providentielles
Une main protectrice sauve Jean-Paul II et entraîne des répercussions providentielles
Les saints , Histoires providentielles
Una mano protettiva ha salvato Giovanni Paolo II con ripercussioni provvidenziali
Les saints , Histoires providentielles
Una mano protectora salva a Juan Pablo II y conlleva providenciales repercusiones
Les saints , Histoires providentielles
A protective hand saved John Paul II and led to happy consequences
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
En 1947, une croisade du rosaire libère l’Autriche des Soviétiques
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Nel 1947, una crociata del rosario ha liberato l'Austria dai sovietici
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
En 1947, una cruzada del rosario liberó a Austria de los soviéticos
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
In 1947, a rosary crusade liberated Austria from the Soviets
Les saints , Histoires providentielles
Jeanne d’Arc, « la plus belle histoire du monde »
Les saints , Histoires providentielles
Giovanna d'Arco, "la storia più bella del mondo"
Les saints , Histoires providentielles
Joan of Arc: "the most beautiful story in the world"
Les saints , Histoires providentielles
Juana de Arco, "la historia más bella del mundo
Les papes , Histoires providentielles
La découverte du tombeau de saint Pierre à Rome
Histoires providentielles
La conversion autonome de la Corée
Les papes , Histoires providentielles
Le poème prophétique qui annonçait Jean-Paul II
Les saints , Histoires providentielles
Thérèse de Lisieux, protectrice de ceux qui combattent
Histoires providentielles
Jean de Capistran sauve l’Église et l’Europe
Histoires providentielles
La découverte de Notre-Dame de France par Edmond Fricoteaux
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Un évêque vietnamien tiré de prison par Marie
Les papes , Histoires providentielles
La réconciliation surnaturelle du duc d’Aquitaine
Les saints , Histoires providentielles
Et une grande lumière ouvrit la porte de son cachot…
Histoires providentielles
Le lancement des « Vierges pèlerines » dans le monde a été permis par la Providence de Dieu
Les saints , Histoires providentielles
Les prédictions et protections de Germain d’Auxerre pour sainte Geneviève
Marie , Histoires providentielles
Marie qui défait les nœuds : le cadeau du pape François au monde
Histoires providentielles
Grigio, l’étrange chien de Don Bosco
Histoires providentielles
Julien Maunoir apprend miraculeusement le breton
Les martyrs , Histoires providentielles
Sainte Agathe sauve la ville de Catane de la lave
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Il était censé mourir de froid dans les geôles soviétiques
Les martyrs , Histoires providentielles
Les miracles de sainte Julienne
Histoires providentielles
Une musique céleste réconforte Elisabetta Picenardi sur son lit de mort
Histoires providentielles
L’étrange aventure d’Yves Nicolazic
Guérisons miraculeuses , Histoires providentielles
Un agent secret protégé par Dieu
Histoires providentielles
Un couvent miraculeusement protégé de tous les maux
Les apparitions et interventions mariales , Conversions d'athées , Histoires providentielles
Pierre de Keriolet : avec Marie, nul ne se perd
Les saints , Histoires providentielles
Il doute de la Providence : Dieu lui envoie sept étoiles pour éclairer sa route
Lacrymations et images miraculeuses , Histoires providentielles
Perdue pendant plus d’un siècle, une icône russe réapparaît
Des miracles étonnants , Histoires providentielles
La lave s’arrête aux portes de l’église
Les saints , Histoires providentielles
Zita et le miracle du manteau
Histoires providentielles
La découverte providentielle des bâtiments du Centre international Marie de Nazareth
Histoires providentielles
André Bobola prédit la renaissance de la Pologne
Histoires providentielles
Les flammes purificatrices de Marie-Thérèse de Soubiran
Histoires providentielles
Ambroise de Milan retrouve les corps des martyrs Gervais et Protais