Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Les saints
n°78

Gaule

395-479

Saint Loup, l’évêque qui fit rebrousser chemin à Attila

Loup abandonne très jeune toutes ses richesses pour embrasser la vie monastique. La population de Troyes, qui vient de perdre son pasteur, l’élit évêque de la ville contre son gré. Avec saint Germain d’Auxerre, il prêche en Grande-Bretagne contre l’hérésie pélagienne. Revenu en Gaule, il défend sa ville contre les troupes d’Attila et, s’offrant volontairement comme otage, parvient à raccompagner le « fléau de Dieu » jusqu’au Rhin. Ce haut fait, ainsi que les nombreux miracles qui accompagnent toute sa vie, lui confère rapidement une réputation de sainteté.

 Saint Loup sauvant la ville de Troyes contre les Huns d'Attila en 451, église Saint-Pierre Saint-Paul, Épernay. / CC BY-SA 3.0/G. Garitan
Saint Loup sauvant la ville de Troyes contre les Huns d'Attila en 451, église Saint-Pierre Saint-Paul, Épernay. / CC BY-SA 3.0/G. Garitan

Les raisons d'y croire :

  • La vie de saint Loup est attestée par des sources historiques fiables : on connaît ainsi une lettre de sa main, datée de 454. Le grand Sidoine Apollinaire, qui est son contemporain, l’évoque aussi dans quelques lettres. De même, la Vita Lupi, son hagiographie, est considérée par les historiens comme ayant été rédigée peu de temps après sa mort (entre 511 et 731). Enfin, la Vita Germani (vie de son ami saint Germain), écrite trente ans après sa mort, rapporte de nombreux faits de saint Loup.
     
  • Il fait face à Attila et sauve la ville de Troyes : son intelligence et sa piété ébranlent le chef de guerre, pourtant réputé pour sa férocité et sa rapacité, qui plie bagage et quitte la Gaule.
     
  • Il rencontre les autres grands et saints personnages de son siècle : Germain d’Auxerre, Geneviève de Nanterre et, avec eux, poursuit l’évangélisation de la Gaule.
     
  • Il incarne ainsi le nouveau pouvoir politique, pendant que l’Empire romain s’effondre, et contribue à en transférer la charge aux rois francs.
     
  • Les miracles qui lui sont attribués sont nombreux, pendant et après sa vie sur terre : il fait libérer des otages par une simple lettre envoyée à un chef barbare ; il ressuscite le fils de Germanicus, un grand seigneur ; il exorcise une jeune fille et la délivre de son mutisme ; il guérit une paralytique ; il sauve un esclave – réfugié sur sa tombe – du bras de son maître.

Synthèse :

Issu d’une famille de la noblesse gallo-romaine, Loup (ou Leu) vient au jour alors que s’achève le IVe siècle. Le siècle qui commence sera terrible, et signera la fin de l’Empire romain d’Occident. Loup sera l’un de ces rares grands hommes qui se tiendront debout au milieu de cette tragédie inouïe, permettant l’établissement d’un nouveau pouvoir chrétien dans une Gaule redevenue indépendante, que l’on appellera bientôt la France.

En attendant, après des hautes études de rhétorique et de latin, qui le destinent au métier d’avocat, Loup, fils d’Épiroque, de la tribu des Leuques (environs de Toul), se marie avec la cousine de saint Hilaire d’Arles, Piméniole. Mais après sept années de vie commune, les deux époux choisissent conjointement de vouer leur vie à Dieu, et embrassent chacun la vie monastique. Loup entre à l’abbaye de l’île de Lérins, fondée par saint Honorat d’Arles, proche parent d’Hilaire – communauté réputée pour sa règle ascétique et premier monastère d’Occident. Mais, en 426, alors qu’il gagne Mâcon pour vendre l’un de ses derniers biens, Loup est « rapté » par les habitants de Troyes qui l’élisent évêque contre son gré. Ainsi, sa réputation de sainteté le précède déjà.

Quelques années plus tard, un concile le désigne, avec son voisin saint Germain d’Auxerre, pour aller prêcher contre l’hérésie pélagienne qui se développe en Grande-Bretagne. C’est en chemin que, passant par Nanterre, ils rencontrent tous deux la future sainte Geneviève, alors âgée de dix ans seulement mais dont ils entrevoient déjà la future destinée. Outre-Manche, les deux évêques font merveille, confondent les hérétiques et aident à repousser une invasion saxonne. Une fois sa tâche accomplie, Loup regagne son diocèse où – il ne le sait pas encore – un péril beaucoup plus grand l’attend. En effet, les invasions s’amplifient : Attila a pénétré en Gaule, où il ravage Reims, Cambrai, Metz et Auxerre. Vaincu aux Champs catalauniques, près de Châlons, par Aetius et une confédération de peuples germaniques, le chef barbare n’en a pas fini de nuire pour autant : il se dirige précisément vers Troyes dont les murailles, alors en ruines, ne permettent pas aux habitants de se défendre. Loup dépêche deux émissaires à Attila, qui en massacre un allègrement l’un d’eux (saint Mesmin, martyr) et blesse gravement l’autre (Camélien, futur successeur de Loup sur le siège de Troyes).

Cependant, n’écoutant que le courage que lui procure sa foi, Loup se porte lui-même vers Attila, dont on dit que c’est lors de cette discussion qu’il s’attribuera le titre glaçant de « fléau de Dieu ». L’évêque n’en disconvient pas mais l’admoneste de ne pas abuser de son pouvoir. Convaincu, le chef hun épargne Troyes et accepte de se retirer jusqu’au Rhin si Loup l’accompagne comme otage. On rapporte qu’il aurait aimé que l’évêque le suive plus loin, et qu’il se serait recommandé à ses prières. En tout cas, ce sauvetage miraculeux assure à Loup une notoriété plus grande encore, dans toute la Gaule. Il finit sa vie sur son siège épiscopal, aimé et admiré de son peuple. Peu de temps après sa mort, il est porté sur les autels. Sa dépouille est déposée à l’abbaye Saint-Loup de Troyes, qu’il avait fondée.

Dans la ville de Troyes, qui lui vouera toujours une grande dévotion, la gloire de saint Loup perdurera à travers les siècles. En témoigne l’étonnante fête dite de la « chair salée » célébrée entre le XVIe et le XVIIIe siècle, chaque année, au moment des Rogations, à l’occasion desquelles l’on promenait dans la ville une effigie de dragon en bronze – dragon que saint Loup était censé avoir vaincu, et dont la dépouille aurait été salée afin d’être conservée.

Saint Loup fut ainsi l’un de ces grands évêques qui maintinrent l’ordre en Gaule au moment où tout s’effondrait, qui protégèrent leurs populations et achevèrent la christianisation du pays.

Jacques de Guillebon est essayiste et journaliste. Il collabore notamment à la revue catholique La Nef


Au-delà des raisons d'y croire :

Loup fait partie des grands saints qui ont construit la France.


Aller plus loin :

François Morlot, La vie des saints et saintes de l’Aube. Dix-huit siècles d’histoire, Troyes, Éditions Fates, 1998.


En savoir plus :

  • Vie de saint Germain d’Auxerre, Paris, Les éditions du Cerf, coll. « Sources chrétiennes », 1965.
  • Edina Bozoky, Attila et les Huns. Vérités et légendes, Paris, Éditions Perrin, 2012, p. 81.
Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Les moines , Lévitations , Stigmates , Conversions d'athées , Témoignages de rencontres avec le Christ
Saint François, le pauvre d’Assise
Les saints , Corps conservés des saints , Stigmates
Sainte Rita de Cascia, celle qui espère contre toute espérance
L’Église , Les saints , Les apparitions et interventions mariales
Saint Simon Stock reçoit le scapulaire du Mont Carmel des mains de la Vierge Marie
Les saints
Saint Pascal Baylon, humble berger
Les saints
L’étrange barque de saint Basile de Riazan
Les saints , Corps conservés des saints
Saint Antoine de Padoue, le « saint que tout le monde aime »
Les saints , Conversions d'athées , Témoignages de rencontres avec le Christ
L’extraordinaire conversion de Micheline de Pesaro
Les saints , Les anges et leurs manifestations , Corps conservés des saints
Saint Antoine-Marie Zaccaria, médecin des corps et des âmes
Les saints
Les saints époux Louis et Zélie Martin
Les saints , La profondeur de la spiritualité chrétienne
Frère Marcel Van, une « étoile s’est levée en Orient »
Les saints
Sainte Anne et saint Joachim, parents de la Vierge Marie
Les saints
Saint Loup, l’évêque qui fit rebrousser chemin à Attila
Les saints
Saint Ignace de Loyola : à la plus grande gloire de Dieu
Les saints
Saint Nazaire, apôtre et martyre
Les saints , Des miracles étonnants , Guérisons miraculeuses
Saint Jean-Marie Vianney, la gloire mondiale d’un petit curé de campagne
Les moines , Les saints
Saint Dominique de Guzman, athlète de la foi
Les saints , Témoignages de rencontres avec le Christ
Sainte Faustine, apôtre de la divine miséricorde
Les saints , Les grands témoins de la foi
Ignace d’Antioche : successeur des apôtres et témoin de l’Évangile
Les saints
Antoine-Marie Claret, un tisserand devenu ambassadeur du Christ
Les saints
Alphonse Rodriguez, le saint portier jésuite
Les saints , Des miracles étonnants , Bilocations
Martin de Porrès revient hâter sa béatification
Les saints , Des miracles étonnants
Saint Martin de Tours, père de la France chrétienne
Les saints
Saint Albert le Grand, les noces de l'intelligence et de la foi
Les saints
Saint Grégoire le Thaumaturge
Les saints , Une vague de charité unique au monde , Corps conservés des saints
Virginia Centurione Bracelli : quand toutes les difficultés s’aplanissent
Les saints
Lorsque le moine Seraphim contemple le Saint-Esprit
Les saints , Les apparitions et interventions mariales , Des miracles étonnants , Corps conservés des saints
Saint Pierre Thomas : une confiance en la Vierge Marie à toute épreuve
Les saints
À Grenoble, le « saint abbé Gerin »
Les saints , Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Gabriel de l’Addolorata, le « jardinier de la Sainte Vierge »
Les saints , Les mystiques , Des miracles étonnants , Corps conservés des saints , Histoires providentielles
Sainte Rose de Viterbe : comment la prière change le monde
Les saints
Bienheureux Francisco Palau y Quer, un amoureux de l’Église
Les saints , Les apparitions et interventions mariales
La maturité surnaturelle de Francisco Marto, « consolateur de Dieu »
Les saints , Histoires providentielles
L’absolue confiance en Dieu de sainte Agnès de Montepulciano
Les saints
Sainte Catherine de Gênes, ou le feu de l’amour de Dieu