Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Stigmates
n°76

Italie

1866-1912

La bienheureuse Maria Grazia Tarallo, stigmatisée et mystique extraordinaire

Rien ne singularise extérieurement Maria Grazia, mais elle est pourtant l’une des plus importantes mystiques italiennes de la première moitié du XXe siècle. 

© iStock / Getty / Images Plus / leolintang
© iStock / Getty / Images Plus / leolintang

Les raisons d'y croire :

  • Les « marques » qu’elle porte sur son corps (blessures, hématomes, contusions, lacérations diverses, etc.) sont médicalement inexplicables et n’ont pu être faites par personne. Leur origine ne saurait être « psychosomatique », car Maria aurait alors retrouvé l’usage de son bras sans intervention chirurgicale.
  • Maria Grazia ne souffre d’aucun trouble psychologique comme le montrent ses aptitudes cognitives élevées, sa parfaite adaptabilité, son sens des relations humaines, sa grande capacité de travail, son goût de l’effort, son excellente mémoire…
  • Ses écrits manifestent une maîtrise théologique largement au-dessus de son niveau scolaire : il n’a jamais été relevé la moindre erreur doctrinale dans ses cahiers.
  • Elle avait le don de prophétie : la mort inattendue de son futur époux, la date exacte de la sienne, l’habit religieux qu’elle porterait des années plus tard…
  • Fait rarissime : son procès de béatification est ouvert par l’Église quelques mois seulement après sa mort, ce qui n’était plus guère arrivé depuis le XIVe siècle. 
  • Elle a été proclamée bienheureuse à la suite d’un miracle de guérison médicalement inexplicable pour lequel elle a intercédé auprès de Dieu.

Synthèse :

La mère Marie de la Passion est née en 1866 à Barra, aujourd’hui quartier de Naples (Italie). Elle est l’aînée des cinq enfants de Leopoldo Tarallo, jardinier communal, et Concetta Borriello. Deux de ses frères et sœurs mourront en bas âge.

Elle est baptisée le lendemain de sa naissance, et reçoit à cette occasion le nom de Maria Grazia (Marie Grâce). Malgré un dénuement matériel chronique, ses parents se sacrifient pour donner à leurs enfants une formation humaine et chrétienne digne de ce nom.

À cinq ans, Maria commence à ressentir la présence de Jésus et de Marie près d’elle. Elle aime accompagner ses parents à la messe, où elle observe les fidèles communier ; elle a elle-même envie de prendre part au « repas du Seigneur ». Le curé et les siens lui expliquent qu’elle est encore trop petite, ce qui lui cause un vif chagrin.

À sept ans, elle obtient pourtant le droit de communier, ce qui reste assez exceptionnel à cette époque. Une grande joie envahit son être le jour de la cérémonie. Son entourage admire la profondeur de la foi de cette fillette et sa « proximité » avec Jésus, sans vraiment comprendre la vocation qui est en train de naître en elle.

Brièvement scolarisée, sa maîtresse d’école voit en Maria une personnalité extrêmement attachante et singulière. On lui connaît déjà une vive intelligence et un goût prononcé pour la prière, le silence et les promenades dans la nature, ce qui ne manque pas d’étonner nombre de ses camarades de son âge.

Après l’école élémentaire, elle apprend le métier de couturière, puis participe comme une adulte aux travaux domestiques. Elle coud, lave et repasse le linge. Elle trouve même le temps d’enseigner à ses sœurs ce qu’elle a appris à l’école.

Âgée d’une douzaine d’années, Maria étonne tout le monde par sa maturité et son équilibre. Au même âge, beaucoup de jeunes adolescentes hésitent quant à leur avenir ; elle, non : elle veut devenir religieuse quoi qu’il lui en coûte. Sa vocation contemplative apparaît dès avant 1890. De fait, elle s’engage dans un tiers-ordre franciscain où elle apprend chaque jour à suivre les offices liturgiques et à prier avec les autres membres. C’est une étape importante dans son cheminement chrétien.

Mais, peu après son vingt-deuxième anniversaire, son père, homme pieux mais autoritaire, veut la marier contre son gré. Un jeune homme, Raffaele Aruta, la demande bientôt en mariage. Maria ne sait que faire : d’un côté, elle n’ose opposer un refus à son père et, de l’autre, elle sait qu’elle n’abandonnera jamais son projet spirituel.

Une nuit, elle est réveillée en sursaut par une voix lui disant que le mariage prévu ne se fera pas. Humainement, tout indique le contraire puisque la date du mariage civil est déjà fixée au 13 avril 1889.

Ce jour-là, tout se déroule normalement. Le repas qui suit la cérémonie civile détend l’atmosphère, mais Maria sait que Dieu ne l’abandonnera pas. Soudain, sans que personne comprenne pourquoi, le futur époux se met à cracher du sang. On appelle un médecin qui établit un diagnostic sévère : infection pulmonaire grave. Il lui prescrit une cure de soins en Grèce. Le jeune homme s’y rend, mais meurt quelque temps plus tard.

Le père de Maria ne désarme pas et tente alors d’imposer un second prétendant à sa fille. Celle-ci lui demande de réfléchir sereinement : le décès de son futur époux n’est-il pas un signe évident ? Cette fois, Leopoldo abdique, laissant sa fille aînée suivre sa propre voie.

Le 1er juin 1891, elle entre chez les Sœurs crucifiées adoratrices de l’Eucharistie, congrégation fondée à Naples (Italie, Campanie) pour la réparation des péchés et des offenses faites à l’Église. Elle est accompagnée de l’une de ses sœurs, Drusiana. Une autre des « filles Tarallo » (Giuditta) les rejoindra en 1894.

Au noviciat, Maria Grazia édifie les moniales du couvent, tant son humilité, son obéissance et sa charité sont grandes et permanentes. Son adaptation à la vie communautaire, parfaite et spontanée, dépasse les dispositions naturelles de la jeune femme. En moins de deux mois, elle connaît sur le bout des doigts tout ce que la maîtresse des novices enseigne aux postulantes en une année, sans jamais avoir reçu la moindre formation.

En religion, son nom, donné par Maddalena Notari, la fondatrice de sa congrégation, est sœur Marie de la Passion, car la future bienheureuse désire imiter le Christ crucifié et Notre Dame des douleurs. Elle a l’habitude de dire : « Je veux finir par être sainte, aimant le Christ dans le saint sacrement, souffrant avec le Christ crucifié et voyant le Christ dans les autres. »

On lui confie bientôt différentes fonctions qu’elle assume avec brio et dévouement : couturière, cuisinière, portière ; puis elle devient à son tour maîtresse des novices. Son occupation préférée est la fabrication des hosties.

Ces tâches si variées ruinent définitivement l’idée d’une mystique inadaptée aux réalités humaines, ou, pire, sujettes à des troubles mentaux : Maria est parfaitement à l’aise avec le réel et la vie en société, comme en témoigne la qualité des rapports qu’elle entretient avec les religieuses, le clergé et sa famille tout entière.

Elle commence aussi à mettre par écrit ses expériences spirituelles, qu’elle confie immédiatement à son confesseur. Ses textes sont autant de descriptions commentées de phénomènes insolites que de réflexions théologiques solides. Maria y manifeste un zèle brûlant, mais elle constate avec tristesse que, si l’amour de Dieu a conduit à l’incarnation du Christ, les hommes refusent en général de se tourner vers le Seigneur. Aussi veut-elle dire au monde d’ouvrir les yeux et de mesurer combien Dieu l’aime. « L’amour n’est pas aimé parce qu’il n’est pas connu », note-t-elle.

Avant même d’entrer au monastère, Maria Grazia avait eu une vision de la Vierge Marie, entourée des sept fondateurs des Servites de Marie. Elle avait également vu en songe des religieuses portant l’habit qu’elle porterait bien plus tard.

Jésus communique avec elle sous la forme de locutions intérieures. Elle s’offre en victime pour les pécheurs qu’elle sait très nombreux ici-bas, ainsi que pour les prêtres, dont certains sont devenus indignes, tandis que d’autres sont en danger spirituel.

Sa vie spirituelle, si fabuleuse, ne l’empêche jamais de travailler. Elle est un modèle de moniale. Le 18 mars 1903, elle est admise à prononcer ses vœux perpétuels. En vingt ans, elle n’a quitté son monastère que deux fois : en 1894, pendant deux ans, pour aller avec onze autres religieuses fonder une nouvelle maison à Castel San Giorgio, puis à nouveau durant deux années, à San Gregorio Armeno, dans le vieux Naples, juste après sa profession solennelle.

Au fur et à mesure que le temps passe, sans qu’elle renonce jamais aux tâches quotidiennes qui lui incombent, les faits mystiques extraordinaires se multiplient, jusqu’à devenir presque quotidiens dans les derniers mois de sa vie : extases, visions de Jésus et de Marie, locutions et inédie. En effet, elle peut bientôt se passer de nourriture, à l’exception de l’eucharistie.

Un vendredi de 1906, tandis qu’elle revit mystérieusement la Passion, elle ressent subitement une immense douleur dans tout le corps, mais plus encore aux mains, aux pieds et à la tête : les stigmates de la Passion se sont imprimés sur son corps ; ils ne disparaîtront plus.

À cette époque, les sœurs du couvent sont témoins de plusieurs lévitations de la bienheureuse. C’est à la fois merveilleux et perturbant pour l’entourage, tant ce type de phénomène est exceptionnel. Au-delà du fait proprement dit, les religieuses sont émerveillées de voir que Maria reste une sœur comme les autres, humble et charitable.

C’est aussi la période où la bienheureuse subit les attaques du diable. Il ne s’agit pas seulement de difficultés spirituelles, de découragement ou de tristesse, même si de tels aspects ont été bien réels. Le corps de Maria est lacéré et brûlé à plusieurs endroits, des hématomes inexpliqués apparaissent, des muscles sont froissés, des paralysies des bras et des jambes sont observées, ainsi que des variations de température inexplicables. Maria est de plus en plus exténuée. Une plaie profonde au bras nécessite une opération chirurgicale, mais le membre reste inerte par la suite, sauf trois jours avant sa mort, quand on la voit lever le bras et faire le signe de la croix.   

Dieu rappelle Maria au couvent de San Giorgio a Cremano, près de Naples, à 46 ans, le 27 juillet 1912, date qu’elle avait prédite. Ses parents ont pu témoigner à son procès en béatification qui s’ouvre dès 1913, un an seulement après sa disparition, sous la direction du cardinal-archevêque de Naples, Mgr Giuseppe Prisco. Saint Jean-Paul II a proclamé l’héroïcité de ses vertus en 2004. Elle a été béatifiée par Benoît XVI le 19 janvier 2006.

Une exhumation officielle de son corps est réalisée en 1919. La bienheureuse est retrouvée dans un état de parfaite conservation, bien que les membres soient raidis ; dès l’ouverture du cercueil, tous les témoins sentent un parfum suave.

Le miracle retenu pour la béatification est la guérison totale et inexplicable d’un jeune homme de vingt et un ans, presque aveugle : celui-ci a récupéré subitement la vue dès qu’on lui a imposé la relique du bras de Maria Grazia sur les yeux, lors du transfert de la dépouille mortuaire de la bienheureuse dans l’église du monastère, en 1924. Les deux filles du miraculé sont devenues religieuses dans cette congrégation.

Patrick Sbalchiero


Au-delà des raisons d'y croire :

L’existence entière de Maria est amour, sacrifice et dévouement aux autres. Sans tenir compte de la richesse incroyable de sa foi et de son union à Dieu, il est strictement impossible d’expliquer sa force intérieure et son équilibre humain jusqu’à son dernier souffle.


Aller plus loin :

Maria Pia Notari, « Mi farò monaca ». Maria della Passione, San Paolo Edizioni, 2005.


En savoir plus :

  • Gregorio Penco, Storia della Chiesa in Italia, (vol. 2), Jaca Book, 1978.
  • Sur le site Internet suorecrocifisseadoratrici.org, l’article « Beata Maria della Passione ».
  • Tine Van Osselaer, « Bibliographical Dictionary of Stimatics », in The Devotion and Promotion of Stigmatics in Europe, c. 1800-1950, Brill, E-book, 2020, p. 441-442.
Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE