Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Témoignages de rencontres avec le Christ
n°217

Salle d’opération de l’hôpital Bicêtre

Juin 2017

Chantal, invitée à la cour céleste

Chantal Bonhomme souffre d’une forme grave de drépanocytose, maladie génétique douloureuse et incurable. En 2017, sa maladie se complique d’un double AVC qui l’envoie sur la table d’opération, où elle vit une expérience de mort imminente (EMI). Elle voit le paradis et entend Jésus lui parler : il lui explique pourquoi elle est renvoyée sur terre. Chantal quitte avec beaucoup de regret le lieu si paisible et sans douleur qu’elle vient de découvrir. La vie qu’elle mène depuis ce jour est métamorphosée par sa rencontre avec le Christ.

© Unsplash / Michael Kroul
© Unsplash / Michael Kroul

Les raisons d'y croire :

  • On peut observer un changement de comportement radical de la vie de Chantal après son « petit voyage à la cour céleste ». Il est manifeste qu’elle s’efforce de conformer sa vie à ce que lui a demandé le Christ ; cela pèse en faveur de la sincérité de son témoignage : « Ma vie a totalement changé parce qu’aujourd’hui, tout ce que je fais, c’est par rapport au Seigneur. » Elle est notamment engagée au service des enfants togolais et des malades atteints de drépanocytose.

  • Chantal a connaissance des détails d’une discussion entre sa sœur et une infirmière, qu’elle n’aurait pas pu entendre humainement. Au moment des faits, elle est au bloc, sous anesthésie générale, physiquement incapable de percevoir tout cela, sauf par une grâce surnaturelle. Cet élément vient donc également accréditer son témoignage.
  • Lors de sa rencontre avec Jésus, Chantal devine sans douter l’identité de la personne qui se tient devant elle : « Je ressens une présence. C’est une présence très forte et j’ai la conviction que c’est Jésus. Jésus-Christ qui était là. Pas besoin qu’il se présente. Je l’ai senti, c’est bien lui. » Une telle certitude interpelle.

  • La description que Chantal rapporte de la cour céleste est conforme avec le dogme catholique.
  • On constate une amélioration inexplicable de la santé de Chantal après l’EMI. En effet, les séquelles liées à ses AVC se sont étonnement résorbées, et les symptômes drépanocytaires se sont beaucoup amoindris. Avant sa montée à la cour céleste, elle faisait chaque année quatre à cinq crises nécessitant une hospitalisation ; à présent, elle n’en fait plus que deux tous les cinq ans : « Je vous laisse juger… » La drépanocytose est pourtant une maladie chronique incurable, qui s’accompagne habituellement de complications lourdes aux conséquences irréversibles.

  • Chantal a écrit un livre pour témoigner de ce qu’elle a vécu : De la nuit à l’Amour. Ce livre est un témoignage éloquent de la réalité du Ciel : « Vous verrez bien, le paradis et la vie éternelle nous attendent à la fin»

  • Après sa rencontre avec Jésus durant l’EMI, c’est une relation vivante, avec une personne véritable, que Chantal décrit : « Jésus est pour moi aujourd’hui un ami fidèle : il est toujours là quand j’ai besoin de lui, au quotidien. Certes, il est invisible, mais, dans mon cœur, il me parle et me guide. »

Synthèse :

Chantal est née au Togo ; elle souffre depuis sa naissance d’une forme grave de drépanocytose (forme homozygote). Elle arrive en France dans les années 1990, lorsqu’elle a dix-sept ans, et réussit à accomplir beaucoup malgré sa lourde maladie : elle est titulaire d’une maîtrise de droit et obtient un poste d’analyste dans une grande banque française. Cette maladie étant la plupart du temps invisible, Chantal cache son état de santé dès qu’elle le peut. Au travail, par exemple, ses collègues ne sont pas au courant de ces soucis. À cette époque, sa relation à Dieu est machinale : elle prie, mais sans grande ferveur : « Je priais comme on se brosse les dents. » Elle ne vit pas de relation personnelle avec Dieu.

Un jour de juin 2017, toute sa vie bascule. Elle sent un craquement au niveau de la nuque, puis une douleur immense. Elle fait comprendre à sa sœur, qui est présente, qu’elle ne se sent pas bien. Chantal perdant conscience, sa sœur appelle les pompiers et le SAMU : la malade est conduite à l’hôpital.

Chantal est d’abord traitée comme si elle faisait une crise drépanocytaire typique. Les médecins de l’hôpital Tenon comprennent finalement qu’il s’agit en fait d’une double rupture d’anévrisme, qu’il faut opérer de toute urgence. Chantal est préparée pour l’opération. L’anesthésiste la prévient : « On va y aller », et Chantal fait alors le signe de croix. Son geste n’est pas terminé qu’elle se sent partir… et arrive dans un endroit inconnu, où règne un silence plein et une paix indescriptible. Elle s’y sent très bien.

Elle se trouve sur une estrade. En face d’elle, elle voit des milliers de personnes en tunique blanche, placées en demi-cercle par rangées successives : « De leur cœur sortent toutes sortes de lumières de toutes les couleurs. » Sur quatre rangs, il y a d’autres personnes, dans un ordonnancement similaire aux autres, mais avec une différence notable : aucune lumière n’émane d’eux et leur tunique n’est pas blanche, mais grisâtre et terne.

Chantal entend ensuite une voix. Elle a immédiatement la ferme conviction que c’est Jésus-Christ qui lui parle. Il n’y a aucun doute là-dessus. Il lui dit : « Tu peux regarder, mais tu n’es pas prête à les intégrer. Parce que je te veux en être de lumière et, pour cela, je te renvoie sur terre. Pour plusieurs choses : parfaire ton âme, aider les démunis, les affligés, les défavorisés et les malades. » Chantal n’a pourtant aucune envie de quitter cet endroit merveilleux : elle s’y sent tellement bien... Elle pense à la souffrance qu’il y a sur terre et la compare à la sérénité et au bien-être qu’elle ressent ici. « Moi qui ai vécu pendant quarante-quatre ans en souffrant de la drépanocytose, pour une fois, je n’avais pas de douleurs. Et Jésus-Christ me demandait de retourner sur la terre. Tout de suite, égoïstement, j’ai pensé à mes douleurs. J’ai dit non. » Chantal dit non à Jésus à deux reprises. À la troisième demande de Jésus, Chantal accepte de retourner sur terre.

Alors même que Chantal est à la cour céleste, elle a conscience d’une conversation qui se passe sur terre à son sujet. Les médecins disent à sa sœur qu’il s’agit juste de colmater deux ruptures d’anévrisme, et que l’opération ne va pas durer. Mais l’opération dure plus longtemps que prévu. Inquiète, la sœur de Chantal appelle le bloc : le chirurgien refuse de s’interrompre, et c’est une infirmière du bloc qui s’entretient avec elle. Alors que Chantal est couchée, endormie au bloc opératoire, elle entend cette conversation : « Ça, c’est le mystère. Je ne sais pas comment l’expliquer. Mais c’est un mystère. C’est Dieu. » Ce signe vient accréditer le récit Chantal.

Lorsque Chantal revient à elle, après son EMI, elle se trouve changée. Certains traits de caractère s’effacent (sa rancune) ; elle change de façon de s’habiller, de se comporter… Si ce qu’elle avait vécu n’était que le fruit de son imagination ou des médicaments qui lui ont été injectés, cette expérience n’aurait pas laissé une empreinte si réelle et si forte dans son être en la transformant radicalement.

Chantal aime parler de son EMI comme de « son petit voyage », tout en reconnaissant le caractère extraordinairede ce qu’elle a vécu : « J’ai été invitée à la cour céleste. » Elle s’applique depuis à faire ce que Jésus lui a demandé, notamment en œuvrant pour la création d’orphelinats au Togo et pour une association luttant contre la drépanocytose.

D’après le témoignage de Chantal Bonhomme, donné à la Fraternité Notre Dame Mère de la Lumière.


Au-delà des raisons d'y croire :

Le témoignage de Chantal est un rappel admirable de l’objectif final de notre vie et de la nécessité de s’y préparer. « Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure » (Mt 25,13) : la conversion est un sujet d’urgence.


Aller plus loin :

Chantal Bonhomme, De la nuit à l’amour. Petit voyage mystique au cœur de la maladie, Éditions Emmanuel, 2018.


En savoir plus :

Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE