Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Les apparitions et interventions mariales
n°182

Kibeho (Rwanda)

Du 28 novembre 1981 au 28 novembre 1989

La Vierge Marie prophétise les massacres au Rwanda

Du 28 novembre 1981 au 28 novembre 1989, la Vierge Marie apparaît à trois jeunes filles du village de Kibeho (Rwanda), à qui elle confie des messages de prières et de pardon, et prophétise le génocide rwandais de 1994. Après la reconnaissance des apparitions en 2001, Kibeho devient le « Lourdes africain ». Depuis la construction de la première chapelle, en 1992, le sanctuaire est devenu énorme : 500 000 personnes se rendent chaque année sur place.

Représentation de Notre-Dame des Douleurs. Un des message de Kibeho est la demande que la pratique du chapelet de Notre-Dame des Douleurs croisse. / © CC-BY-SA 4.0/Haeferl
Représentation de Notre-Dame des Douleurs. Un des message de Kibeho est la demande que la pratique du chapelet de Notre-Dame des Douleurs croisse. / © CC-BY-SA 4.0/Haeferl

Les raisons d'y croire :

  • Le 15 août 1982, l’apparition prophétise aux trois voyantes le génocide qui ravagera le pays douze ans plus tard (800 000 morts en trois mois, dont 10 000 dans l’église paroissiale de Kibeho), en des termes très circonstanciés : « Un fleuve de sang, des personnes qui s’entretuent, des cadavres abandonnés sans sépulture, des têtes décapitées. »

  • Durant les années pendant lesquelles ont duré les apparitions, les trois voyantes ont été constamment suivies par plusieurs médecins qui ont disposé de toutes les informations les concernant, et qui ont été autorisés à les ausculter à leur aise, avant et après leurs extases. L’équilibre psychique des trois voyantes est absolument démontré.
  • S’étant d’abord déroulées en privé, les apparitions deviennent publiques après quelques mois, écartant la possibilité de tromperie de la part des voyantes.
  • Au terme de la première apparition, on autorisa professeurs et élèves de l’école à pratiquer sur Alphonsine Mumureke toutes sortes de tests pour vérifier si ses extases étaient authentiques, ce qui fut confirmé par de multiples témoins, croyants ou non. De nombreux témoins, tous dignes de foi, l’ont entendu parler des langues inconnues d’elle tandis qu’elle était en extase : français, anglais, kinyarwanda et plusieurs dialectes africains.
  • Il est intéressant de souligner que les trois voyantes ne font pas partie de la même « bande amicale ». La troisième voyante, Marie-Claire, était de celles qui, parmi les plus hostiles, critiquaient le plus Alphonsine en « montant les autres élèves contre elle ». Le 2 mars 1982, lorsqu’elle voit et entend à son tour la Vierge, Marie-Claire est convaincue.

  • Les jeunes voyantes n’avaient pas conscience que des apparitions mariales s’étaient déjà produites dans l’histoire, et elles n’avaient par conséquent aucune connaissance à ce sujet. Les messages de la Vierge correspondent pourtant à ceux déjà délivrés lors des autres apparitions reconnues : appel à la prière, au pardon et à la paix, construction d’une chapelle, urgence de la conversion, récitation du rosaire et du chapelet de Notre Dame des douleurs.
  • Conforme sur le plan visuel aux autres apparitions reconnues depuis le XVIe siècle, Notre Dame de Kibeho est exempte de détail outrancier et de particularité surprenante : « une belle femme, ni blanche ni noire, flottant au-dessus du sol », portant une robe sans couture, et un voile couvrant ses cheveux.

  • La « Mère du Verbe », Notre Dame de Kibeho, est aussi conforme aux grandes mariophanies, du double point de vue linguistique et psychologique : elle parle en dialecte local (comme à Lourdes, par exemple) et pleure (comme à La Salette) le 15 août 1982, à la surprise des voyantes, qui n’auraient jamais imaginé une telle chose.
  • Comme à Fatima, les voyantes témoignent de visions de l’enfer, mais aussi du paradis et du purgatoire, sans que jamais un détail de leurs récits ait soulevé de doute auprès des autorités ecclésiastiques. Aucune incohérence ne peut être relevée vis-à-vis du dogme ou de la théologie catholique.
  • L’Église catholique est très prudente en matière d’apparitions. Elle n’a soutenu que les trois premières voyantes, après une enquête extensive et rigoureuse, parmi la quinzaine de personnes s’étant mises à alléguer des visions de Marie. En 1988, l’évêque de Butare, Mgr Jean-Baptiste Gahamanyi, autorise le culte public de Notre Dame de Kibeho, et, le 29 juin 2001, Mgr Augustin Misago publie le décret de reconnaissance des apparitions.
  • La façon dont les voyantes ont vécu, après la fin des apparitions, témoigne en faveur de leur probité morale, leur fidélité au Christ, leur honnêteté et leur désintéressement. Avec une vie spirituelle dense, ces trois femmes sont des témoins exemplaires de Dieu.

Synthèse :

Le 28 novembre 1981, Alphonsine Mumureke, née en 1965, élève du collège de Kibeho, tenu par trois religieuses rwandaises et fondé par le père Grégoire Kamugisha, voit dans l’enceinte de cette école « une dame » d’une beauté incroyable qui se présente comme la « Mère du Verbe ». L’apparition flotte au-dessus du sol et ne porte pas de souliers. Elle est vêtue d’une robe sans couture, avec un voile sur ses cheveux.

La jeune fille est ébranlée : catholique de cœur, elle n’a jamais vécu une telle chose et ignore même à cette date l’existence d’autres apparitions mariales. Son entourage accueille son récit avec doute et méfiance. On cherche à savoir ce qui lui prend, si elle est malade, si la folie l’a gagnée… Elle n’a pourtant jamais souffert du moindre trouble mental. Certains évoquent un mauvais sort jeté par un sorcier. On se met à la surveiller.

Le lendemain, Marie apparaît à nouveau, puis encore chaque samedi à partir du mois de décembre. Notre Dame a toujours le même aspect, et son message consiste en un sobre appel à la prière et à la vie évangélique. La « Dame » lui délivre ses premiers messages : prier avec sincérité et se convertir d’urgence, car le pays est menacé par de grands malheurs si les hommes ne reviennent pas à Dieu.

Le 12 janvier 1982, une seconde élève de l’école de Kibeho, Nathalie Mukamazimpaka, née en 1964, voit la Vierge à son tour. Rien ne prédispose alors cette jeune fille sympathique et réservée à un tel bouleversement. Cette fois, Alphonsine n’est plus la seule à raconter ces expériences visionnaires et à décrire ces extases. On s’interroge au village de Kibeho. Le clergé diocésain est mis au courant par les sœurs de l’école. Certains commencent à prêter une oreille attentive aux récits des deux élèves. D’autant que les apparitions suivantes deviennent franchement publiques. Au début, quelques dizaines de personnes accompagnent les voyantes. Au bout de quelques semaines, ce nombre franchit la barre des 10 000 !

Le 2 mars 1982, c’est au tour de Marie-Claire Mukangango de voir la Mère de Dieu. Collégienne un peu plus âgée qu’Alphonsine et Nathalie, celle-ci n’a jamais entendu parler de ce genre de phénomène. Bien sûr, elle connaît et côtoie les deux autres voyantes, mais, jusqu’à cette date, elle n’a jamais eu le moindre signe avant-coureur de quoi que ce soit. Le cas de Marie-Claire mérite attention : c’est elle qui critiquait le plus Alphonsine et qui « montait les autres élèves contre elle », en évoquant des affaires de possessions diaboliques au sujet de sa camarade. Au soir du 2 mars, le retournement de Marie-Claire est connu de tous. Marie-Claire a vu Marie pour la dernière fois le 15 septembre 1982. Mariée en 1987 à un journaliste réputé, elle trouve la mort avec son époux lors des massacres de 1992. C’est à elle que la Vierge avait dit : « Repentez-vous ! Repentez-vous ! Repentez-vous ! »

Le 15 août 1982, l’apparition délivre un message prophétique aux trois voyantes : le pays va connaître des malheurs sans nom si les habitants ne se convertissent pas (massacres, bains de sang, décapitations…) C’est l’annonce du génocide rwandais perpétré sur les Tutsis. La mémoire collective du Rwanda conserve de manière intacte ces paroles fortes, prononcées une douzaine d’années avant la tragédie.

Le 15 août 1983, puis à nouveau le 28 novembre suivant, la Vierge demande à Alphonsine de faire construire une chapelle en son honneur. Ce message a un impact positif. Les autorités diocésaines enquêtent discrètement au sujet des trois voyantes, interrogeant les enseignants laïcs de Kibeho, les parents, les membres de leurs familles, leurs camarades de classe, etc. Malgré la rigueur stupéfiante dont font preuve ces enquêteurs, aucune ombre n’obscurcit les dires des voyantes.

C’est alors que se produit un phénomène parfois constaté lors d’autres apparitions importantes : d’autres jeunes, filles et garçons, allèguent à leur tour des apparitions similaires. Ils seront bientôt une quinzaine à se prévaloir de la présence de Marie à Kibeho. Cette fois, l’évêque du diocèse est alerté. Afin d’éviter tout débordement et trouble à l’ordre public, et également pour ne pas mélanger les apparitions d’Alphonsine, Nathalie et Marie-Claire avec celles de présumés voyants, une commission d’enquête canonique est ouverte.

L’issue est positive : les trois premières voyantes susnommées sont authentifiées, et uniquement elles trois (ce qui ne signifie pas le rejet systématique des autres : il a pu manquer des informations aux enquêteurs ou des difficultés théologiques ont pu apparaître au cours de l’investigation, etc.). De plus, seules les apparitions publiques sont retenues.

En 1988, l’évêque de Butare autorise le culte public de Notre Dame de Kibeho. Grâce aux dons et aux efforts des habitants et du clergé, une première chapelle commence à être bâtie en 1992. Dès cette époque, le site accueille des milliers de personnes dans des conditions parfois difficiles, tant les capacités d’hébergement sont minces. C’est le début du « Lourdes africain ».

Dès le 1er janvier 1988, dans le sillage des apparitions de Kibeho, l’archevêque de Kigali consacre le Rwanda à la Vierge Marie.

Comme Marie l’avait prédit, le génocide de 1994 n’a pas épargné Kibeho : 10 000 personnes sont assassinées dans l’église paroissiale de la ville. Il faut attendre 1996 pour que la paix revienne sur cette terre africaine. Le sanctuaire rouvre ses portes. L’évêque y installe un chapelain pendant l’été 1996. Les pèlerins reviennent timidement. Des trois voyantes officielles, seule Nathalie est restée sur place jusqu’en juillet 1994, date à laquelle l’évêque du diocèse lui demande de quitter les lieux de toute urgence pour des raisons de sécurité. La voyante revient finalement à Kibeho en décembre 1996, après des mois d’exil. Elle y assure depuis l’accueil des pèlerins, à qui elle se joint dans la prière.

Le 29 juin 2001, dans la cathédrale de Gikongoro, Mgr Misago célèbre une grande messe en présence du nonce apostolique au Rwanda et de tous les évêques du pays. Au cours de la cérémonie, il reconnaît l’authenticité des apparitions de Kibeho. Le modeste village se transforme en un lieu de pèlerinage international. Chaque année, 500 000 personnes se rendent dans le « pays des mille collines », pour prier et se recueillir dans ce sanctuaire.

Les apparitions de Kibeho vont continuer jusqu’au 28 novembre 1989, date à laquelle Alphonsine a déclaré vivre sa dernière apparition publique. Cette voyante, après l’obtention de son baccalauréat en théologie, en juin 2003, est devenue religieuse clarisse au couvent Sainte-Claire d’Abidjan : sœur Alphonsine de la Croix Glorieuse.

Patrick Sbalchiero


Au-delà des raisons d'y croire :

L’équilibre humain et la sagesse spirituelle des voyantes, la limpidité et l’exactitude des messages de la Vierge, ainsi que l’essor extraordinaire du sanctuaire, ne laissent aucun doute sur l’authenticité des événements.


Aller plus loin :

Gabriel Maindon, Des apparitions à Kibeho : annonce de Marie au cœur de l’Afrique, Paris, Desclée de Brouwer, 1994.


En savoir plus :

  • René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire des « apparitions » de la Vierge Marie, Paris, Fayard, 2007, p. 1163-1164.
  • Emilie Brébant, La Vierge, la guerre, la vérité : approche anthropologique et transnationale des apparitions mariales rwandaises, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 2011.
  • Sur le site Notre Histoire avec Marie, l'article « À Kibeho, la Vierge Marie, Mère du Verbe, est une voix du ciel sur la terre rwandaise ».
Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Marie , Les apparitions et interventions mariales , Des miracles étonnants
Zeitoun : ils sont des centaines de milliers à avoir vu la Vierge en Égypte
Les apparitions et interventions mariales
La source vivifiante de Constantinople
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
La Vierge Marie guérit un adolescent, avant de lui apparaître des dizaines de fois
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
La Vierge Marie délivre les chrétiens de la cité de Cuzco
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Les apparitions de Gietrzwald en secours à une minorité persécutée
Les apparitions et interventions mariales
Les apparitions de saint Joseph au Bessillon
Les apparitions et interventions mariales , Stigmates
Luz Amparo et les apparitions de l’Escurial
Les apparitions et interventions mariales
Les extraordinaires apparitions de Medjugorje et leur impact mondial
Les apparitions et interventions mariales
La Rosa Mystica de Montichiari
Les apparitions et interventions mariales
Les apparitions de la Vierge à Catherine Labouré dans la chapelle au 140 rue du Bac
Les apparitions et interventions mariales
Maria Esperanza et Notre Dame Réconciliatrice des Peuples
Les apparitions et interventions mariales
Cotignac, premières apparitions modernes de l’histoire
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
L’apparition silencieuse de Knock Mhuire
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Le Saint Nom de Marie et la victoire décisive de Vienne
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Le ciel touche la terre en Colombie : Las Lajas
Les apparitions et interventions mariales
A la Salette, Marie pleure près des bergers
Les apparitions et interventions mariales
La victoire de Lépante et la fête de Notre-Dame du Rosaire
Les apparitions et interventions mariales
La Vierge Marie dans le Wisconsin : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu »
Les apparitions et interventions mariales
Notre Dame de Nazareth à Plancoët
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Les apparitions au frère Fiacre
Les apparitions et interventions mariales
Marie « Mère abandonnée » apparaît dans un quartier populaire de Lyon
Les apparitions et interventions mariales
La Vierge Marie prophétise les massacres au Rwanda
Les apparitions et interventions mariales
Les trente-trois apparitions de la Vierge Marie à Beauraing
Les apparitions et interventions mariales
« Une Belle Dame » vient au secours de la France à l'Île Bouchard
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
« Consacre ta paroisse au cœur immaculée de Marie »
Les apparitions et interventions mariales
Apparitions et message de la Vierge Marie à Myrna
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
La Madone de Laghet
Les apparitions et interventions mariales
Les confidences du Ciel à la bergère du Laus
Les apparitions et interventions mariales
La « Vierge des pauvres » apparaît à huit reprises à Banneux
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Notre Dame des Vertus sauve la ville de Rennes
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
« Je suis toute miséricordieuse » : Notre Dame à Pellevoisin
Les apparitions et interventions mariales
Marie fait arrêter l’épidémie de peste au mont Berico
Les apparitions et interventions mariales
Savone, 1536 : la naissance d’un sanctuaire
Les apparitions et interventions mariales
Seuca : l’appel de la « Reine de lumière » en Roumanie
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Zeitoun, un miracle de deux années
Les apparitions et interventions mariales
Le « vœu des échevins », ou la dévotion mariale des Lyonnais
Les saints , Les apparitions et interventions mariales
Bernadette Soubirous, bergère qui vit la Vierge
Les apparitions et interventions mariales
La Vierge apparaît et prophétise en Ukraine depuis le XIXe siècle