Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Les martyrs
n°342

Empire romain

IIe siècle

Justin de Naplouse, apologète et martyr

Justin est né au tout début du IIe siècle dans une colonie romaine de Samarie. Très tôt passionné par la recherche de la vérité, il se met à voyager afin de rencontrer les maîtres des différentes écoles philosophiques de son temps. Après avoir visité des stoïciens, des aristotéliciens et des pythagoriciens, il s’attache finalement aux platoniciens. Tout en reconnaissant la grande valeur de cette philosophie, il se rend compte qu’il lui manque toujours quelque chose. Sa quête de vérité aboutit finalement à sa conversion au christianisme. Il met alors son talent et sa culture au service de la foi pour la défendre par la raison contre les différentes attaques qu’elle subit de la part des hérétiques, des juifs ou des païens. Il est finalement arrêté par les autorités romaines et scelle son témoignage par le martyre à la fin des années 160. Il est fêté le 1er juin.

© Shutterstock, Doidam 10.
© Shutterstock, Doidam 10.

Les raisons d'y croire :

  • Dès sa jeunesse, Justin s’est mis en quête de la vérité. Avant de se convertir, il s’est intéressé aux autres courants qui s’opposaient au christianisme. Sa conversion est donc un choix fondé sur des convictions rationnelles solides.
  • Les œuvres conservées montrent que Justin a une très bonne connaissance des Écritures saintes. Il peut répondre aux objections rabbiniques et défendre la foi chrétienne à partir du texte biblique.
  • Le choix du christianisme est extrêmement difficile à cette époque, car il se fait au risque de sa vie. Justin lui-même a fini par mourir en martyr. Il préfère la mort au reniement, convaincu qu’il a trouvé la vérité.

Synthèse :

Justin est né au début du IIe siècle dans la colonie romaine de Flavia Neapolis, l’antique Sichem et l’actuelle Naplouse, en Samarie, au sein d’une famille païenne. Il s’intéresse très tôt à la philosophie, ce qui le conduit à voyager, probablement à Antioche et à Éphèse, et avec certitude à Rome.

Passionné dès son plus jeune âge par la recherche de la vérité, il visite les maîtres des différentes écoles philosophiques de son temps. Il entre d’abord en contact avec les stoïciens, avant de rencontrer les aristotéliciens et les pythagoriciens. C’est cependant aux platoniciens qu’il finit par s’attacher. Toutefois, il comprend qu’en dépit des progrès effectués grâce à cette philosophie, il lui manque quelque chose. Finalement, sa quête de vérité aboutit, avec sa conversion au christianisme au début des années 130.

Cette conversion se fait par l’intermédiaire d’un vieillard, qui lui montre les limites de toutes les philosophies humaines et la supériorité de la révélation chrétienne, mais aussi par le témoignage rendu par tous les chrétiens qui restent attachés au Christ, même lorsqu’ils sont menacés de mort, et qui préfèrent mourir plutôt que de renier la vérité qu’ils ont découverte.

Après sa conversion, Justin conserve cependant son manteau de philosophe — c’est le premier cas que nous connaissons – et s’engage à son tour dans la défense rationnelle de la foi chrétienne en répondant aux accusations de ses adversaires et en montrant la vérité de celle-ci. Justin a probablement participé à de nombreuses discussions orales, mais nous avons surtout conservé de lui plusieurs écrits importants. D’autres ont malheureusement été perdus.

Les œuvres qui ont été conservées nous montrent l’ampleur de sa culture, tant profane que biblique. Nous avons deux apologies adressées aux autorités romaines pour réfuter les critiques païennes, un Dialogue avec Tryphon, pour discuter des objections rabbiniques, et un Traité sur la Résurrection, car cette doctrine était très critiquée par la philosophie grecque.

La première apologie, aussi appelée Grande Apologie, est adressée à l’empereur Antonin, tandis que la seconde est une requête transmise au Sénat. Dans ces textes, Justin entreprend de réfuter les calomnies qui étaient répandues contre les chrétiens, puis démontre la supériorité du christianisme et de sa doctrine, visible notamment dans le comportement des chrétiens.

Dans son Dialogue avec Tryphon, qui met en scène le débat entre Justin et un rabbin nommé Tryphon, celui-ci fait preuve d’une grande connaissance des Écritures. Il n’hésite pas à citer de larges portions des textes bibliques, qui sont véritablement au cœur de sa démonstration. Les études menées par les chercheurs contemporains sur l’exégèse de Justin confirment cette première impression. Justin analyse finement les textes bibliques, ce qui lui permet de défendre les vérités essentielles de la foi chrétienne en répondant aux objections avancées par les juifs rabbiniques, représentés dans ce texte par le rabbin Tryphon.

Justin scelle finalement son témoignage à la fin des années 160, en acceptant de mourir, accompagné de plusieurs de ses disciples, pour la vérité qu’il avait cherchée depuis sa jeunesse et finalement trouvée dans le Christ.

David Vincent, doctorant en histoire des religions et anthropologie religieuse à l’École Pratique des Hautes Études.


Aller plus loin :

Justin Martyr, Œuvres complètes, Paris, Migne, 1994.


En savoir plus :

  • Le 21 mars 2007, Benoît XVI a présenté la vie de saint Justin, philosophe et martyr, le plus important des Pères apologistes du IIe siècle, dans sa catéchèse.
  • Charles Munier, Justin martyr, apologie pour les chrétiens, Éditions du Cerf, 2006.
Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Les martyrs , Les saints
Saint Étienne, premier des martyrs
Les martyrs , Les saints
Sainte Lucie de Syracuse, vierge et martyre pour Jésus-Christ
Les martyrs , Les saints
Sainte Blandine et les Martyrs de Lyon, la force de la foi
Les martyrs , Les saints
Santa Blandina e i martiri di Lione, la forza della fede
Les martyrs , Les saints
Saint Blandina and the Martyrs of Lyon: the fortitude of faith (177 AD)
Les martyrs , Les saints
Santa Blandina y los mártires de Lyon, la fuerza de la fe
Les martyrs , Les saints
Thomas More, « bon serviteur du roi, et de Dieu en premier »
Les martyrs , Les saints
Tomás Moro, "buen servidor del Rey, pero antes de Dios".
Les martyrs , Les saints
Thomas More: “The king’s good servant, but God’s first”
Les martyrs
Les seize Carmélites martyres de 1794
Les martyrs
Blaise Marmoiton, l’épopée d’un missionnaire au bout du monde
Les martyrs , Les saints , Les grands témoins de la foi
Saint Maximilien Kolbe, le chevalier de l’Immaculée
Les martyrs
Le père Dung Lac et ses 116 compagnons martyrs au Vietnam
Les martyrs
Il brave les supplices pour expier son apostasie
Les martyrs
Les martyrs d’Angers et d’Avrillé
Les martyrs , Conversions d'athées
Le martyre de Paul Miki et de ses compagnons
Les martyrs
Mort à 14 ans pour le Christ Roi, José Luis Sanchez del Rio
Les martyrs
Polycarpe, évêque de Smyrne, disciple de Jean et martyr
Les martyrs
« C’est lui que j’aime et je suis prête à mourir pour lui »
Les martyrs
Double peine pour le père Chapdelaine
Les martyrs
Justin de Naplouse, apologète et martyr
Les martyrs
Les martyrs d’Ouganda ou l’éternelle répétition des persécutions
Les martyrs , Les saints
Saint Boniface sème la parole en Germanie
Les martyrs , Conversions d'athées
Alban, de la conversion au martyre
Les martyrs
Filles de la Charité, elles prédisent la fin des persécutions