Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Histoires providentielles
n°325

Nazareth

13 juin 2000

La découverte providentielle des bâtiments du Centre international Marie de Nazareth

Entre 1995 et 1999, le mouvement de prière et de paix des « Vierges pèlerines », parti de France, s’est déployé dans cent vingt pays du monde avec la perspective de terminer le deux-millième Noël dans le champ des bergers, à Bethléem, pour une nuit de prière du 24 au 25 décembre 1999. En préparant cette « nuit de la paix » avec toutes les Églises chrétiennes de Terre sainte, les responsables de la confrérie Notre-Dame de France ont rencontré le maire de Nazareth, qui avait l’idée de réaliser pour l’an 2000, avec l’Unesco, un « musée » pour la Vierge Marie dans sa ville. Les délégations de quatre-vingts pays du monde, qui sont venues à Bethléem pour le deux-millième Noël, ont porté « comme les Rois mages » toute une série de cadeaux marials pour les lui offrir, mais tout a été perturbé par un projet de mosquée intégriste qu’un groupe de musulmans extérieurs à Nazareth a cherché à imposer à cent mètres de la basilique de l’Annonciation.

Dans ces conditions, le maire a abandonné son idée et il a proposé à ses contacts de la reprendre. Mais il fallait repenser le concept de « musée », qui ne convenait pas pour la Mère de Dieu, et surtout trouver un lieu pour accueillir le futur centre marial car, après avoir visité les quelques pistes que le maire avait en tête, rien ne convenait. Le projet semblait complètement bloqué, mais c’était sans compter sur l’intervention de saint Joseph, après une prière au fameux « tombeau du Juste », redécouvert à la fin du XIXe siècle au niveau le plus bas d’un site archéologique extraordinaire qui a été mis au jour dans le couvent des Sœurs de Nazareth, à cent mètres de la basilique de l’Annonciation également.

Le projet "La maison de Marie" à Nazareth. / © AMDN
Le projet "La maison de Marie" à Nazareth. / © AMDN

Les raisons d'y croire :

  • Le 12 juin au soir, après avoir visité tous les lieux possibles de la très construite et très dense ville de Nazareth, tout espoir de trouver un lieu convenable pour créer un centre marial semblait perdu et nous étions près d’abandonner le projet
  • En rentrant très dépités à l’hôtel Galilée, nous croisons par hasard un groupe de pèlerins français qui partent visiter le célèbre « tombeau du Juste », que nous ne connaissions pas à l’époque et, ne sachant que faire, nous décidons de nous joindre à eux.
  • La découverte de ce site exceptionnel s’est faite par hasard, à la fin du XIXe siècle, quand une sœur qui faisait des travaux dans une cave est tombée quelques mètres plus bas dans une première cavité que l’on a pu dater de la période croisée. Puis un second étage a été trouvé en dessous, qui date de la période byzantine. Encore plus bas, un autre étage, qui date du temps du Christ, a été mis au jour et, en contrebas de ce niveau, un tombeau vide, digne d’un roi ou d’un saint, extraordinaire, creusé dans la roche, dont la tradition orale locale ancienne avait toujours affirmé l’existence.
  • Devant ce lieu impressionnant, attribué à saint Joseph, une petite prière est venue spontanément : « Saint Joseph, toi qui as logé toute ta vie Jésus et Marie sur la Terre, pourrais-tu trouver un lieu qui convient pour ton épouse ? »

  • Le lendemain, le 13 juin 2000, fête de saint Antoine de Padoue, après la messe de 6 h 30 à la basilique, une sœur est restée plus longtemps en prière. Lorsque la conversation s’engage, elle nous interroge sur notre présence et nous lui confions notre problème. Elle répond, étonnée : « Vous cherchez un lieu ? Venez visiter notre école, l’école Saint-Joseph, qui est juste à côté. Nous venons de prendre la décision de déménager et cela fait une semaine qu’on reçoit des personnes qui proposent des projets pour faire un commerce ou un hôtel. »

  • Série de coïncidences, l’école est située immédiatement à côté de la basilique, en un lieu idéal, et la sœur s’appelle sœur Antony. Ce jour-là, c’est sa fête et elle appartient à la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, dont la fondatrice, Émilie de Vialar, française, est de la famille de Jacques de La Bastide, qui deviendra le premier président de l’Association Marie de Nazareth qui sera créée quelques mois plus tard.
  • C’est ainsi que fut trouvé providentiellement par saint Joseph le lieu du Centre international Marie de Nazareth, qui fut la première réalisation de l’Association Marie de Nazareth.

Synthèse :

Après la Révolution française, qui a conduit à une grande persécution contre l’Église et à de nombreux martyrs, la foi catholique renaît plus forte que jamais en France au XIXe siècle, et deux tiers des missionnaires qui partent évangéliser les peuples qui ne connaissent pas encore le Christ sont français. De nombreuses congrégations françaises vont s’implanter hors de France, et notamment en Orient. C’est ainsi qu’à Nazareth s’installeront les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, congrégation fondée par sainte Émilie de Vialar (1797 – 1856), des carmélites, des clarisses, les pères et sœurs de Notre-Dame de Sion, des franciscaines Missionnaires de Marie, les Assomptionnistes et les Sœurs de Nazareth, qui ont pour vocation de reproduire « la vie cachée de Jésus, Marie, Joseph à Nazareth ».

Lorsque ces dernières cherchent un lieu pour s’établir, elles trouvent en 1854 un bel espace à proximité immédiate de la basilique qu’on leur présente, selon la tradition orale locale, comme « le lieu du tombeau du Juste ». Les sœurs ont longtemps pensé que ce n’était là qu’un racontar destiné à leur faire payer un peu plus cher le prix de l’achat. En 1884, alors qu’on effectue quelques travaux dans une citerne au niveau du rez-de-chaussée, le plancher s’écroule et dévoile un niveau en contrebas et de nouveaux espaces inattendus. En 1936, les sœurs sollicitent le père Henri Senès, jésuite, puis en 1937 le célèbre archéologue franciscain, le père Bellarmino Bagatto, pour commencer à explorer l’ensemble du lieu, qui se révèle assez extraordinaire, sur quatre niveaux, avec des traces d’occupation croisée, byzantine et romaine au niveau le plus bas, et avec, encore en contrebas, creusé dans la roche, un étonnant et vaste tombeau qui date du temps du Christ et qu’une tradition apparemment très antique attribue à saint Joseph. Les études se sont poursuivies avec, plus récemment, les travaux du professeur Ken Dark, archéologue de l’université de Reading, au Royaume-Uni, qui a dirigé une série de fouilles et d’études complémentaires depuis 2006, concentrant ses recherches sur la datation et la contextualisation historique des structures et des artefacts trouvés sur ce site, confirmant les strates chronologiques et l’importance historique du site, y compris la possibilité que ce lieu soit lié à la figure biblique de Jésus.

Indépendamment de tout cela, entre 1995 et 1999, s’est développé à partir de la France, à l’initiative de la confrérie Notre-Dame de France, fondée par Edmond Fricoteaux, notaire à Saint-Denis, le mouvement de prière et de paix des « Vierges pèlerines », qui s’est déployé dans cent vingt pays du monde avec la perspective de terminer dans le champ des bergers à Bethléem, pour la nuit de prière du « deux-millième Noël », du 24 au 25 décembre 1999.

Toutes les « Églises chrétiennes de Terre sainte » rassemblées au sein du « Jerusalem Inter-Church Committee » – cinq catholiques, cinq orthodoxes et deux protestantes – avaient accepté de participer à cette nuit de prière dans le champ des bergers, à l’endroit même où, selon la Tradition, les anges annoncèrent la naissance du Sauveur, en lien avec l’ouverture de la Porte Sainte à Rome par le pape Jean-Paul II, et l’ouverture de la Porte Sainte de Bethléem par le patriarche Michel Sabbah, toutes deux retransmises sur place sur deux écrans géants.

En préparant cette « nuit de la paix », les responsables de la confrérie Notre-Dame de France ont rencontré par hasard le maire de Nazareth, qui avait l’idée de réaliser pour l’an 2000, avec l’Unesco, un « musée » pour la Vierge Marie dans sa ville. Il a alors été décidé que les délégations des Vierges pèlerines de quatre-vingts pays du monde qui viendraient à Bethléem pour le deux-millième Noël porteraient « comme les Rois mages » toute une série de cadeaux marials pour les lui offrir et contribuer à la création du « musée », mais tout a été perturbé par un projet de mosquée intégriste qu’un groupe de musulmans extérieurs à Nazareth a cherché à imposer de manière violente à cent mètres en contrebas de la basilique de l’Annonciation. Dans ces conditions, le maire a abandonné son idée et nous a proposé de la reprendre. Mais il fallait repenser le concept de « musée » qui ne convenait pas pour la Mère de Dieu, et surtout trouver un lieu pour accueillir le futur centre marial.

Six mois après la « nuit de la paix », la confrérie Notre-Dame de France publie un livre racontant les Vierges pèlerines et leur conclusion à Bethléem, et un voyage est organisé en Terre sainte pour remercier toutes les Églises chrétiennes d’avoir participé à cet événement, leur offrir le livre et leur demander si elles seraient partantes pour travailler ensemble à la création d’un « Centre international Marie de Nazareth » dans la ville de l’Annonciation, pour aider les pèlerins et les touristes visitant la Terre sainte à mieux comprendre dans quelle histoire s’inscrivent tous les lieux historiques qu’ils allaient visiter. La bonne surprise est qu’après la réussite de la « nuit de la paix », toutes les Églises se disent partantes.

Il reste donc à trouver un lieu, sur place, à Nazareth, et à prévoir les travaux qu’on y ferait, mais, après avoir cherché pendant une journée et visité les quelques pistes que le maire avait en tête dans la très construite et très dense ville de Nazareth, nous sommes obligés de constater que rien ne convient.

Le 12 juin au soir, tout espoir de trouver un lieu convenable pour créer un centre marial semble perdu et il n’y a plus qu’à abandonner le projet... Mais, en rentrant très dépités à l’hôtel Galilée, nous croisons par hasard un groupe de pèlerins français qui partent visiter le célèbre « tombeau du Juste », que nous ne connaissions pas à l’époque et, ne sachant que faire, nous décidons de nous joindre à eux.

Après avoir descendu les quatre niveaux de ce lieu archéologique impressionnant, nous sommes arrivés devant ce tombeau royal, attribué à saint Joseph. Une petite prière est venue spontanément : « Saint Joseph, toi qui as logé toute ta vie Jésus et Marie sur la Terre, pourrais-tu trouver un lieu qui convient pour ton épouse ? »

Le lendemain, le 13 juin 2000, fête de saint Antoine de Padoue, après la messe de 6 h 30 à la basilique, une sœur est restée plus longtemps en prière. Lorsque la conversation s’engage, elle nous interroge sur notre présence, et nous lui confions notre problème. Elle répond, étonnée : « Vous cherchez un lieu ? Venez visiter notre école, l’école Saint-Joseph, qui est juste à côté. Nous venons de prendre la décision de déménager et cela fait une semaine qu’on reçoit des personnes qui proposent des projets pour faire un commerce ou un hôtel. »

L’école est située immédiatement à côté de la basilique, en un lieu idéal, et la sœur s’appelle sœur Antony. Ce jour-là, c’est sa fête et elle appartient à la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, dont la fondatrice, Émilie de Vialar, française, est de la famille de Jacques de La Bastide, qui deviendra le premier président de l’Association Marie de Nazareth qui sera créée quelques mois plus tard.

C’est ainsi que fut trouvé providentiellement, par saint Joseph, le lieu du Centre international Marie de Nazareth, qui fut la première réalisation de l’Association Marie de Nazareth.

Olivier Bonnassies


Au-delà des raisons d'y croire :

Ne jamais oublier de se confier à saint Joseph pour tous nos soucis « de famille, de santé, de travail »… et aussi de logement !


Aller plus loin :

Sur la chaîne YouTube Marie de Nazareth, le documentaire Au nom de Marie, qui retrace l’aventure des Vierges pèlerines, la « nuit de la paix » et les idées qui ont conduit à la création du Centre international Marie de Nazareth.


En savoir plus :

Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Les saints , Histoires providentielles
L’intuition surhumaine de saint Pacôme le Grand
Les saints , Histoires providentielles
L'intuizione sovrumana di San Pacomio il Grande
Les saints , Histoires providentielles
The superhuman intuition of Saint Pachomius the Great
Les saints , Histoires providentielles
La intuición sobrehumana de San Pacomio el Grande
Les saints , Histoires providentielles
Une main protectrice sauve Jean-Paul II et entraîne des répercussions providentielles
Les saints , Histoires providentielles
Una mano protettiva ha salvato Giovanni Paolo II con ripercussioni provvidenziali
Les saints , Histoires providentielles
Una mano protectora salva a Juan Pablo II y conlleva providenciales repercusiones
Les saints , Histoires providentielles
A protective hand saved John Paul II and led to happy consequences
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
En 1947, une croisade du rosaire libère l’Autriche des Soviétiques
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Nel 1947, una crociata del rosario ha liberato l'Austria dai sovietici
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
En 1947, una cruzada del rosario liberó a Austria de los soviéticos
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
In 1947, a rosary crusade liberated Austria from the Soviets
Les saints , Histoires providentielles
Jeanne d’Arc, « la plus belle histoire du monde »
Les papes , Histoires providentielles
La découverte du tombeau de saint Pierre à Rome
Histoires providentielles
La conversion autonome de la Corée
Les papes , Histoires providentielles
Le poème prophétique qui annonçait Jean-Paul II
Les saints , Histoires providentielles
Thérèse de Lisieux, protectrice de ceux qui combattent
Histoires providentielles
Jean de Capistran sauve l’Église et l’Europe
Histoires providentielles
La découverte de Notre-Dame de France par Edmond Fricoteaux
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Un évêque vietnamien tiré de prison par Marie
Les papes , Histoires providentielles
La réconciliation surnaturelle du duc d’Aquitaine
Les saints , Histoires providentielles
Et une grande lumière ouvrit la porte de son cachot…
Histoires providentielles
Le lancement des « Vierges pèlerines » dans le monde a été permis par la Providence de Dieu
Les saints , Histoires providentielles
Les prédictions et protections de Germain d’Auxerre pour sainte Geneviève
Marie , Histoires providentielles
Marie qui défait les nœuds : le cadeau du pape François au monde
Histoires providentielles
Grigio, l’étrange chien de Don Bosco
Histoires providentielles
Julien Maunoir apprend miraculeusement le breton
Les martyrs , Histoires providentielles
Sainte Agathe sauve la ville de Catane de la lave
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Il était censé mourir de froid dans les geôles soviétiques
Les martyrs , Histoires providentielles
Les miracles de sainte Julienne
Histoires providentielles
Une musique céleste réconforte Elisabetta Picenardi sur son lit de mort
Histoires providentielles
L’étrange aventure d’Yves Nicolazic
Guérisons miraculeuses , Histoires providentielles
Un agent secret protégé par Dieu
Histoires providentielles
Un couvent miraculeusement protégé de tous les maux
Les apparitions et interventions mariales , Conversions d'athées , Histoires providentielles
Pierre de Keriolet : avec Marie, nul ne se perd
Les saints , Histoires providentielles
Il doute de la Providence : Dieu lui envoie sept étoiles pour éclairer sa route
Lacrymations et images miraculeuses , Histoires providentielles
Perdue pendant plus d’un siècle, une icône russe réapparaît
Des miracles étonnants , Histoires providentielles
La lave s’arrête aux portes de l’église
Les saints , Histoires providentielles
Zita et le miracle du manteau
Histoires providentielles
La découverte providentielle des bâtiments du Centre international Marie de Nazareth
Histoires providentielles
André Bobola prédit la renaissance de la Pologne