Recevoir les raisons de croire
< Toutes les raisons sont ici !
TOUTES LES RAISONS DE CROIRE
Les apparitions et interventions mariales
n°39

El Escorial (Espagne)

1980-2012

Luz Amparo et les apparitions de l’Escurial

Le 14 juin 1981, au Pré-Neuf à l’Escorial (Espagne), apparaît pour la première fois aux yeux de Luz Amparo Cuevas, humble femme de ménage, celle qui se présente comme la « Vierge douloureuse ». En l’espace d’une vingtaine d’années, la Vierge et son divin Fils transmettront plusieurs messages qui sont retranscrits avec application par Luz. Jésus lui demande aussi de supporter les mêmes blessures douloureuses que celles qu’il endura pendant sa Passion. Luz tâche d’être discrète, mais les phénomènes inexpliqués gagnent en notoriété, ce qui suscite à son encontre beaucoup d’antagonisme et même des violences physiques.

Mosaïque de la chapelle de pèlerinage des sept Douleurs de Marie à Malsch (Wiesloch), Allemagne. /© CC BY-SA 4.0 / Roman Eisele
Mosaïque de la chapelle de pèlerinage des sept Douleurs de Marie à Malsch (Wiesloch), Allemagne. /© CC BY-SA 4.0 / Roman Eisele

Les raisons d'y croire :

  • Toute l’existence de Luz Amparo, privée comme publique, témoigne de ses qualités humaines, de son équilibre psychologique, de son désintéressement et de la profondeur de sa foi.
  • Les messages qu’elle recueille et les innombrables références faites à la théologie et à la mystique dépassent de très loin son niveau de connaissances.
  • L’apparition régulière et la guérison soudaine des stigmates ne répondent à aucune loi de la médecine. Les blessures et leurs guérisons sont visibles par tous et dûment contrôlées par les médecins. Ce phénomène reste inexpliqué.
  • Le nombre et la qualité morale des témoins des divers phénomènes surnaturels qui entourent Luz (stigmates, bilocations, extases) ôtent toute consistance à l’hypothèse d’une supercherie.
  • Le laps de temps entre le début des apparitions et leur terme permet une enquête approfondie et sérieuse qui crédibilise encore davantage les faits.
  • Comme à chaque fois face aux phénomènes inexpliqués, les autorités ecclésiastiques font d’abord preuve de prudence vis-à-vis de Luz Amparo et des messages qu’elle transmet. L’Église accompagne le discernement des apparitions et autorise finalement la construction d’une chapelle et la célébration mensuelle de la messe sur les lieux.

Synthèse :

Luz Amparo Cuevas voit le jour en 1931 au hameau de El Pesebre, à Penascosa (province d’Albacete), dans une famille pauvre. Sa mère meurt lorsqu’elle a 16 mois ; elle est alors hébergée chez son grand-père, berger. Elle est ensuite ballottée d’orphelinats en familles d’adoption, avant de retourner chez son père qui vit avec une marâtre qui la déteste, la prive de nourriture et d’affection, la bat et la force à dormir dans un placard. Sa scolarité est ponctuée d’absences et de négligences. Son éducation religieuse n’est guère plus reluisante.

À l’adolescence, elle part pour Madrid, chez sa tante Antonia, où elle vit en faisant le ménage chez des particuliers : ce sera son seul métier. Dès sa jeunesse, la santé de Luz Amparo laisse à désirer. Ses faibles ressources ne l’autorisent pas à consulter de bons établissements hospitaliers. Le 18 février 1957, elle épouse Nicasio Barderas, homme dévoué mais dont la santé également fragile l’empêche de mener une vie professionnelle régulière. Le couple survit davantage qu’il ne vit. Luz subvient pourtant avec une force incroyable aux besoins de ses sept enfants qui témoigneront n’avoir jamais manqué de rien. L’aîné de la fratrie est devenu médecin.

On lui détecte un cancer au milieu des années 1970. Au fil du temps, le pronostic s’assombrit. En 1979, le cancer de Luz est en phase terminale. Elle se rend à Lourdes où elle est guérie instantanément et totalement. Certains ont cru bon de raconter qu’elle avait eu des apparitions dès l’enfance. C’est faux !

La première apparition de la Vierge a lieu à Cortès le 1er mai 1981. Elle est suivie d’un message invitant à prier le rosaire. Cette demande sera constante jusqu’au terme des phénomènes.

La première apparition au « Pré-Neuf » (Prado Nuevo) de l’Escorial date du 14 juin 1981. Ce jour-là, la Vierge se présente sous le vocable de la « Vierge des Douleurs », comme elle le fera dorénavant le premier samedi de chaque mois. Cette périodicité des apparitions n’a rien d’exceptionnel (Lourdes, Fátima et d’autres ont également eu une alternance chronologique précise). Cette première mariophanie est précédée le 13 novembre 1980 d’une locution : alors qu’elle s’apprête à ranger du linge qu’elle vient de repasser à son domicile, Luz Amparo entend une « voix » lui dire : « Ma fille, prie pour la paix du monde et pour la conversion des pécheurs. Le monde est en grand danger. Ma fille, n’aie pas peur. »

Les dizaines de messages reçus sont tous parfaitement conformes à la foi de l’Église et à la tradition judéo-chrétienne. Les messages sont recueillis et transcrits au fur et à mesure des apparitions, à la demande de son directeur spirituel. L’un d’eux, datant de juillet 1987, a été l’objet de critiques, car il rapportait que Marie de Nazareth était la « Mère de la divinité de Jésus ». En fait, il s’agit sans aucun doute d’une erreur de transcription – commise peut-être par Luz Amparo elle-même, qui a voulu dire que Marie était en fait la Mère de Dieu (Theotokos), comme l’enseigne l’Église. Mgr Marcos de Ussia Urruticoechea, chargé des relations entre l’archevêché de Madrid et la voyante, a donné l’explication à cette erreur.

Au matin du 15 novembre 1980, Luz voit une croix au centre de laquelle elle aperçoit le Christ en proie aux souffrances de la Passion. Dans le même temps, son front et ses mains se mettent à saigner. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive et dit : « Mais qu’est-ce que c’est ? – C’est ma Passion. C’est une épreuve. Tu dois la supporter. […] Tu peux sauver beaucoup d’âmes par tes douleurs », lui répond Jésus. C’est le début de la stigmatisation. Elle revit la Passion du Christ chaque jeudi et reste toujours dans une grande paix, malgré ses souffrances physiques.

Le corps entier de Luz Amparo a été examiné par de nombreux médecins : aucun n’a jamais expliqué l’origine et l’évolution de ces saignements et de ces plaies épidermiques. Certaines fois, la stigmatisation est complète : des plaies et du sang apparaissent sur la paume des mains et aux pieds (clous de la crucifixion), aux yeux, sur la bouche, sur une épaule (portement de la croix), sur le dos (flagellation), le côté (coup de lance du centurion romain), les genoux (chutes lors du chemin de croix). Parfois, Luz souffre à ces différents endroits sans qu’apparaisse la moindre plaie, mais le degré de la douleur qu’elle ressent est équivalent. Lorsque les saignements prennent fin, ils ne laissent aucune marque sur la peau et les plaies ne nécessitent étrangement aucun soin médical : une constante dans les cas de stigmates authentiques.

Par ailleurs, sept bilocations ont été l’objet de constats. L’une d’elles est attestée par le père Alfonso Maria Lopez Sendin, son confesseur. D’autres manifestations, dont ont été témoins oculaires des gens totalement étrangers à la famille ou aux sympathisants de Luz Amparo, doivent également être signalées : lévitation, usage d’une langue inconnue d’elle (et pour cause : elle ne parle qu’espagnol, non sans fautes grammaticales), communions « mystiques », parfums merveilleux et durables… Des guérisons inexpliquées sont survenues à chaque fois que la voyante a accepté de prendre sur elle la ou les pathologies d’autrui. La constance avec laquelle elle cache ces manifestations révèle chez elle une grande humilité.

La multiplicité des phénomènes rapportés, leur parfaite cohérence avec les annales de la mystique, la qualité morale de nombreux témoins pèsent en faveur de la véracité des faits.

Son obéissance au clergé fut totale : le 12 avril 1985, Mgr Angel Suquia Goicoechea, cardinal-archevêque de Madrid, lui ordonne de ne plus se rendre au Pré-Neuf (où trop de gens vont). Elle obéit immédiatement. Ce même prélat promulgue un document stipulant qu’à cette date, le caractère surnaturel des apparitions n’est pas établi : elle accueille cette décision sans jamais contester ou émettre le moindre avis personnel.

Les épreuves de Luz Amparo ne s’arrêtent pas là. Jusqu’en 1994, le terrain sur lequel ont lieu les apparitions appartient à la municipalité de l’Escorial. Des élus, des anticléricaux, des opposants à toute manifestation publique de piété s’emportent contre elle et la traitent de folle, de subversive… Malgré cela, elle reste en paix, sans jamais répliquer et en assurant toujours ses détracteurs qu’elle prie pour eux.

Le 26 mai 1983, elle est très violemment agressée par trois individus encagoulés (deux hommes et une femme) tandis qu’elle se recueille, seule, au Pré-Neuf. Après l’avoir frappée, ils exigent qu’elle avoue la tromperie qu’elle a organisée. Elle refuse. Ils la menacent alors de la violer puis de la tuer en la pendant à un arbre. Elle crie alors : « Mon Dieu, mon Dieu, cela aussi, tu vas le permettre ? » À cet instant, les trois agresseurs prennent la fuite, après avoir entendu comme une « pierre tombant sur le sol ». Sur son lit d’hôpital, elle pardonne à ses bourreaux, ajoutant qu’elle est prête à mourir pour eux si cela peut sauver leur âme : ces paroles ont été entendues par le personnel soignant.

Circonspectes au départ, les autorités ecclésiastiques ont finalement accompagné et discerné le phénomènejusqu’au dernier message, en mai 2002. C’est d’ailleurs ce grand laps de temps (plusieurs années), entre le début des apparitions et leur terme, qui témoigne du sérieux des enquêtes et qui crédibilise ces faits.

Il faut attendre le 14 juin 1994 pour que l’archevêché de Madrid approuve l’Association des fidèles réparateurs fondée par Luz Amparo (reconnaissance des trois « branches » de ce mouvement). Le 12 juillet suivant, le père José Arranz, chanoine, est nommé chapelain de l’Association. Il faut attendre le 1er février 2009 pour que Mgr Antonio Maria Rouco Varela, successeur de Mgr Angel Suquia, autorise la célébration de la messe avec les pèlerins chaque premier samedi du mois. Enfin, le 30 avril 2012, ce prélat permet la construction d’une chapelle au Pré-Neuf. Celle-ci avait été demandée par l’apparition dès le 14 juin 1981.

Patrick Sbalchiero


Au-delà des raisons d'y croire :

La résistance invraisemblable de Luz Amparo aux pressions multiples de son entourage et le courage avec lequel elle surmonte tous les obstacles sont dignes de respect et d’admiration.


Aller plus loin :

José Maria Zavala, Les apparitions de l’Escorial, Rassemblement à Son Image, 2016.


En savoir plus :

Partager cette raison

LES RAISONS DE LA SEMAINE

Marie , Les apparitions et interventions mariales , Des miracles étonnants
Zeitoun : ils sont des centaines de milliers à avoir vu la Vierge en Égypte
Les apparitions et interventions mariales
La source vivifiante de Constantinople
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
La Vierge Marie guérit un adolescent, avant de lui apparaître des dizaines de fois
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
La Vierge Marie délivre les chrétiens de la cité de Cuzco
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Les apparitions de Gietrzwald en secours à une minorité persécutée
Les apparitions et interventions mariales
Les apparitions de saint Joseph au Bessillon
Les apparitions et interventions mariales , Stigmates
Luz Amparo et les apparitions de l’Escurial
Les apparitions et interventions mariales
Les extraordinaires apparitions de Medjugorje et leur impact mondial
Les apparitions et interventions mariales
La Rosa Mystica de Montichiari
Les apparitions et interventions mariales
Les apparitions de la Vierge à Catherine Labouré dans la chapelle au 140 rue du Bac
Les apparitions et interventions mariales
Maria Esperanza et Notre Dame Réconciliatrice des Peuples
Les apparitions et interventions mariales
Cotignac, premières apparitions modernes de l’histoire
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
L’apparition silencieuse de Knock Mhuire
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Le Saint Nom de Marie et la victoire décisive de Vienne
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Le ciel touche la terre en Colombie : Las Lajas
Les apparitions et interventions mariales
A la Salette, Marie pleure près des bergers
Les apparitions et interventions mariales
La victoire de Lépante et la fête de Notre-Dame du Rosaire
Les apparitions et interventions mariales
La Vierge Marie dans le Wisconsin : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu »
Les apparitions et interventions mariales
Notre Dame de Nazareth à Plancoët
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Les apparitions au frère Fiacre
Les apparitions et interventions mariales
Marie « Mère abandonnée » apparaît dans un quartier populaire de Lyon
Les apparitions et interventions mariales
La Vierge Marie prophétise les massacres au Rwanda
Les apparitions et interventions mariales
Les trente-trois apparitions de la Vierge Marie à Beauraing
Les apparitions et interventions mariales
« Une Belle Dame » vient au secours de la France à l'Île Bouchard
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
« Consacre ta paroisse au cœur immaculée de Marie »
Les apparitions et interventions mariales
Apparitions et message de la Vierge Marie à Myrna
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
La Madone de Laghet
Les apparitions et interventions mariales
Les confidences du Ciel à la bergère du Laus
Les apparitions et interventions mariales
La « Vierge des pauvres » apparaît à huit reprises à Banneux
Les apparitions et interventions mariales , Histoires providentielles
Notre Dame des Vertus sauve la ville de Rennes
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
« Je suis toute miséricordieuse » : Notre Dame à Pellevoisin
Les apparitions et interventions mariales
Marie fait arrêter l’épidémie de peste au mont Berico
Les apparitions et interventions mariales
Savone, 1536 : la naissance d’un sanctuaire
Les apparitions et interventions mariales
Seuca : l’appel de la « Reine de lumière » en Roumanie
Les apparitions et interventions mariales , Guérisons miraculeuses
Zeitoun, un miracle de deux années
Les apparitions et interventions mariales
Le « vœu des échevins », ou la dévotion mariale des Lyonnais
Les saints , Les apparitions et interventions mariales
Bernadette Soubirous, bergère qui vit la Vierge
Les apparitions et interventions mariales
La Vierge apparaît et prophétise en Ukraine depuis le XIXe siècle